Actualités > Retour

L'interview de Guillaume Heulard, le réalisateur du fan film Metro 2033

3
InterviewLe 06 Sep
partager cet article

Le roman culte de Dmitry Glukhovsky, Metro 2033, a récemment connu un élan de popularité en 2010 avec son adaptation en jeu vidéo par les équipes de 4A Games. Guillaume Heulard, jeune cinéaste de 26 ans, a décidé d'ouvrir l'aventure d'Artyom à la caméra en réalisant son propre fan film et pour l'occasion, il a répondu à nos questions sur son projet d'égouts moscovites (mais sans Tortues Ninja russes) !

Présente-nous donc ton projet de Fan Film ! Quel est ton rôle dans le film, et présente-nous ton équipe ?

Je suis un jeune réalisateur de 26 ans et j’ai choisi d’adapter en court-métrage le livre Russe de Dmitry Glukhovsky : Metro 2033. Il s’agit d’un film de quinze minutes environ qui se déroule dans le métro moscovite, 20 ans après qu’une catastrophe nucléaire ait disséminé la surface de la Terre. On suit Artyom, un des 40 000 survivants vivant sous terre, faisant face à une menace de plus en plus présente, celle de l’invasion des Sombres dans les tunnels (des créatures de l’ombre) du métro russe. Un chouette programme en perspective !
Pour m’épauler, il y a Stéphane Valette, qui s’occupe principalement de la direction artistique. Il a pris en charge la construction des décors du film, la conception du story- board, etc. Le troisième pilier, c’est Guillaume Bodin, superviseur des effets spéciaux, responsable de la quasi-totalité des plans en full CGI mais aussi du design de la créature principale du film. A côté de la conception du film, nous travaillons tous dans l’industrie du cinéma. Nous nous sommes rencontrés pendant nos études.
Evidemment il y a beaucoup d’autres personnes qui mettent la main à la pâte, mais nous sommes tout de même une petite équipe.

D’où te vient l’idée de faire un fan film ?

Aujourd’hui il est très difficile de se faire remarquer avec un court-métrage. L’avantage d’un fan film c’est qu’on utilise une licence connue pour faire parler de soit. On se sert de la « fan base » pour étendre nos chances de visionnage. Ce serait mentir de dire qu’il ne s’agit pas du but premier. Evidemment, l’astuce c’est d’adapter un univers qui nous parle, une histoire qui nous touche.

Pourquoi as-tu choisi de t'attaquer à Metro 2033 ?

En fait ça a vraiment commencé il y a quatre ans, quand j’ai découvert le livre. Je l’ai littéralement dévoré et je me suis demandé si un film était prévu. A l’époque il était uniquement question d’un jeu vidéo. Suite à son succès, les droits ont été achetés par MGM pour l’adapter au cinéma. Quatre ans auparavant donc, je rêvais de voir en image cet univers. Ca m’a longtemps travaillé, et j’ai eu rapidement l’envie d’en faire un court- métrage. J’ai abandonné l’idée quasiment dans l’instant, faute de moyens. Et puis il y a un an, je venais de finir de tourner un court-métrage et je voulais m’attaquer à quelque chose de plus ambitieux. Metro 2033 est donc revenu sur la table, et aujourd’hui nous y sommes. Le truc c’est que quatre ans plus tard, quasiment rien n’a changé, si on a évidemment plus d’expérience, on a par contre pas forcément plus de moyens. Une grande partie du tournage a donc eu lieu dans mon appartement de 35 m2 à Paris. On a démonté et empilé tous les meubles dans la cuisine, le couloir, et même la salle de bain, pour laisser mon salon et ma chambre vide. A partir de là, Stéphane a pris en charge la construction des décors et on a transformé mon appartement en véritable station de métro russe, la magie des effets spéciaux faisant le reste. Pendant près de 6 mois, dormir chez moi fut une épreuve, mais on a bien rigolé !

C’est une adaptation du script original ou une nouvelle aventure d’Artyom ?

La vraie difficulté quand on fait un fan film c’est de ne pas faire une sorte de « bande annonce », ou une scène tirée du livre. Metro 2033 reste un court-métrage, avec un début et une fin. L’axe a donc été un peu compliqué à trouver. Comment adapter en 15 minutes un bouquin de plus de 600 pages sans en trahir l’univers et ses personnages. En réalité notre film pourrait s’apparenter à une sorte de préquelle. On découvre le personnage d’Artyom, et sa relation avec son père adoptif. Malgré l’univers impitoyable du livre et du jeu vidéo, je ne voulais pas tomber dans le bête film d’action. Le court fera donc la part belle aux personnages, leurs relations et leurs interactions avec l’environnement. Mon objectif sur ce film c’était de réussir à marier action et émotion, j’espère vraiment que les fans vont apprécier.

Est-ce le livre ou le jeu vidéo qui t’as le plus inspiré au final ?

Au niveau de la psychologie des personnages, c’est clairement le livre. Le jeu vidéo développant malheureusement trop peu cet aspect. Visuellement c’était tout simplement impossible de ne pas être influencé par le jeu. Un des décors du court est même la reproduction quasi exacte d’un lieu n’apparaissant que dans le jeu vidéo. J’ai donc essayé au final de piocher ce qui me plaisait dans les deux supports. Evidemment il y a des inspirations venues de l’extérieur. Alien 3 m’a beaucoup influencé par exemple, surtout visuellement.

Où en est le projet concrètement ? As-tu une date de sortie a annoncé ?

On espère pouvoir sortir le film avant la fin de l’année. Chose difficile puisqu’il reste encore énormément de plans à post-produire. Notamment une séquence d’action qui est vraiment très compliquée. Les effets spéciaux sont en train d’être grandement améliorés par rapport à ce que vous pouvez voir dans le teaser, le but étant de sortir le meilleur film possible. Guillaume Bodin se tue à la tâche pour livrer les meilleurs rendus possibles. Ca fait maintenant un peu plus d’un an qu’on travaille sur le film et s’il reste encore beaucoup de choses à faire, on commence à en voir le bout.

Sur quelles plate-formes comptes-tu le diffuser ?

N’ayant pas les droits, je ne compte évidemment pas exploiter commercialement le film. Il sera donc disponible sur YouTube. Je ne compte pas non plus faire de festivals, le but étant vraiment de mettre à disposition le film entier sur Internet. De toute façon un film pareil n’aurait pas vraiment ses chances dans ce genre d’événement. Le but premier est de le mettre à disposition des fans de Metro 2033 et d’échanger.

Un nouveau projet en tête pour la suite ?

Après Metro 2033 j’aimerais pouvoir arrêter de faire des courts-métrages. J’ai réalisé quatre courts au total, et mes envies vont clairement vers du long désormais. Le but avec ce film étant de franchir le cap. Je croise les doigts et je reste confiant puisque le teaser m’a déjà permis d’avancer. La bonne nouvelle c’est que l’éditeur du jeu a partagé le teaser sur le site officiel, ce fut un réel plaisir mais aussi un immense soulagement d’être appuyé par les concepteurs du jeu eux-mêmes. Dans la semaine qui a suivi la mise en ligne, plusieurs producteurs américains m’ont contacté, j’ai eu beaucoup de messages amicaux et d’encouragement et j’ai même pu signer un manager à Los Angeles. Il est entrain de m’organiser des rendez-vous très intéressants. La prochaine étape c’est d’arriver là bas avec le film fini, après l’avoir mis en ligne bien évidemment !

Je vous laisse apprécier le teaser de Metro 2033 ainsi que quelques photos de tournages ! N'hésitez pas à vous rendre sur la page Facebook du film pour les soutenir et suivre l'avancement de ce projet ambitieux !

Galerie Photo L'interview de Guillaume Heulard, le réalisateur du fan film Metro 2033L'interview de Guillaume Heulard, le réalisateur du fan film Metro 2033L'interview de Guillaume Heulard, le réalisateur du fan film Metro 2033L'interview de Guillaume Heulard, le réalisateur du fan film Metro 2033L'interview de Guillaume Heulard, le réalisateur du fan film Metro 2033L'interview de Guillaume Heulard, le réalisateur du fan film Metro 2033L'interview de Guillaume Heulard, le réalisateur du fan film Metro 2033

3 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité