Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Sleepy Hollow s01e01, la critique

20
ReviewLe 18 Sep
partager cet article
7 /10
On a aimé
• Beaucoup de pistes et une mythologie naissante
• Sympathy for the Devil
• Une scène de décapitation en POV !
On a moins aimé
• Un format assez classique qui pourrait être lourd
• Le Capitaine de police

Lors d'une bataille de la Guerre Civile américaine, un soldat américain se voit confronté à un terrible cavalier masqué insensible aux balles. Après un assez court combat, le soldat est gravement blessé mais parvient à décapiter le cavalier avant de s'effondrer. On le retrouve alors à se réveiller dans une tombe au fond d'une mystérieuse grotte. Remonté à la surface, le soldat manque de peu d'être renversé par un camion. Cette scène, rappelant fortement le réveil de Barnabas dans le dernier Dark Shadows de Tim Burton, se termine sur un plan du panneau de la ville de Sleepy Hollow, et se lance alors la musique "Sympathy for the Devil" des Rolling Stones.

Lorsque la série Sleepy Hollow a été annoncée, il y avait de quoi avoir peur. Voir Ichabod Crane et le Cavalier sans tête arriver dans le présent, ce n'était pas forcément ce qu'on pouvait imaginer de plus attrayant. D'autant que la première bande-annonce de la série annonçait un nanard de première catégorie, nous montrant un Cavalier s'attaquant à la police fusil d'assaut à la main. Mais au final, comme Supernatural à son époque, beaucoup ont peut-être jugé et catégorisé la série trop vite.
 
La comparaison avec Supernatural n'est pas anodine, puisque la série pourrait lui emprunter beaucoup. On découvre un ton plus sombre et surtout une intrigue plus construite que ce à quoi on pouvait s'attendre, avec un fil rouge qui se met rapidement en place. Le pilote décide d'ailleurs d'en donner beaucoup dès le début, dévoilant des éléments qu'on aurait pu voir étalés sur le premier quart de la série, et ce n'est pas forcément plus mal pour accrocher le spectateur. Une mythologie a commencé à se mettre en place, et réinvente le mythe à sa sauce pour l'intégrer à quelque chose de plus grand.
 

 
Car il ne faut pas trop chercher les éléments du mythe original. Sleepy Hollow est toujours là et devrait dévoiler son lot de phénomènes surnaturels, mais les origines du Cavalier sans tête et surtout Ichabod Crane (Tim Mison) sont bien changés. Série TV oblige, celui-ci devient un beau gosse sans peur et sans reproche, soldat anglais ayant changé de camp pour servir Georges Washington, bien plus badass que le professeur de l'histoire originale. Légère ombre au tableau, il semble trop bien s’accommoder du fait d'avoir voyagé 250 ans dans le futur. On aura forcément le droit, comme dans tous ces cas, de le voir découvrir avec étonnement les technologies et les coutumes du 21ème siècle.
 
Tout n'est cependant pas parfait dans ce pilote, et la mise en place de "l'équipe" est un peu facile. On a le droit à l'officier de police (Abbie Mills, interprétée par Nicole Beharie), jadis témoin d'un phénomène paranormal, sur le point de quitter sa ville et qui perd son équipier à une semaine du départ. Et forcément, elle va faire équipe avec notre nouveau venu et être impliquée dans le schéma global. Les créateurs de la série appliquent le cas scolaire numéro 1 du duo de flic, couplé à celui de la série paranormale. Signe d'espoir : il ne semble pas encore y avoir de tension sexuelle entre les deux protagonistes. Le pire à craindre pour la série vient probablement du Capitaine de la police, interprété par Orlando Jones (pas terrible), qui s'annonce comme une future plaie qui se révélera probablement faire partie des vilains (aucun spoiler là-dedans, c'est une supposition qu'on espère au final ne pas se voir réaliser).
 
Derrière la création de la série on retrouve des habitués du fantastique, mais qui n'ont pas toujours trouvé grâce aux yeux du public : Roberto Orci et Alex Kurtzman, qui ont souvent travaillé ensemble par le passé et beaucoup avec JJ Abrams (sur Alias, Fringe, Mission Impossible III, Star Trek, ...), et Len Wiseman, qui se cache derrière la saga Underworld. Habitués des séries et des films blockbusters, les trois ont l'habitude du succès et du genre, mais pourraient aussi facilement tomber dans le poussif et les stéréotypes. Ils font équipe avec un petit nouveau, Phillip Iscove, qui devrait faire ses preuves sur la série (il officie en tant que scénariste et producteur). On espère donc que la Fox, network sur lequel est diffusé la série et qui n'a pas toujours un grand succès auprès des fans (demandez à Joss Whedon), ne les poussera pas dans la mauvaise direction.
 

 
Là où l'on attendait l'une des pires séries de la rentrée, Sleepy Hollow s'avère finalement être une agréable surprise. Correctement interprétée (à l'exception du Capitaine), la série ouvre de nombreuses pistes et pourrait s'avérer bonne sur la durée si la dynamique et la mythologie se développent à bon rythme. Nous suivrons donc avec attention cette première saison pour vous dire à quoi vous en tenir. Et pour ceux qui se posent la question : c'est finalement assez cool et bien amené de voir le Cavalier sans tête fusil d'assaut à la main, à la Terminator.


 

Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés

auteurs & mots-clés
Sleepy Hollow Fantastique série
20 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité