Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Les Grandes Sagas #1 : X-Files, partie 1

10
DossierLe 23 Sep
partager cet article

Il y a 20 ans, le 10 septembre 1993, la Fox lance sa nouvelle série The X-Files créée par Chris Carter. Suivant un duo d’agents du FBI enquêtant sur des phénomènes paranormaux, la série trouve rapidement son public et le succès auprès des critiques. Cependant, personne ne peut imaginer à l’époque l’ampleur que va prendre ce programme dans le monde des séries et bien au-delà, et ce à travers le monde. Au cours de cette semaine nous allons revenir sur cette série désormais culte à travers plusieurs points, en commençant par les clés de son succès.

1. | Les deux font la pair

Chapitre I | Les deux font la pair


“Croyez-vous en l’existence de la vie extra-terrestre Agent Scully ?”

Usant de poncifs du genre et de dialogues qui font parfois un peu trop dans l’exposition, le pilote de X-Files n’en est pas moins d’une efficacité remarquable pour lancer la série. On nous présente d’emblée l’Agent Dana Scully, docteur en médecine récemment recrutée par le FBI, affectée aux Affaires Non Classées. Le but avoué de ses supérieurs est de la faire espionner l’Agent Fox Mulder, électron-libre persuadé de l’existence d’aliens et de phénomènes paranormaux, pour le ramener dans le droit chemin. En réalité, nous assistons sans le savoir à une étape de plus dans un complot de longue date pour faire cesser les recherches de Mulder.

Enquêteur hors pair, il est obsédé par les phénomènes inexpliqués et s’est donné comme mission de les exposer au monde, ainsi que la vérité sur les extra-terrestres qu’il pense cachée par un complot gouvernemental. Sa recherche est motivé par un traumatisme de jeunesse, alors qu’il est sûr d’avoir assisté à l’enlèvement de sa soeur par des aliens.

La série reprend la recette du duo de flics que tout oppose pour la tourner à sa sauce. Ici pas d’engueulades à tout va, pas de rivalité et pas de tensions sexuelles. Chris Carter respecte ses spectateurs et ne souhaite pas leur resservir un concept vu 100 fois et qui sera recyclé pendant encore bien longtemps. Les premières saisons jouent fortement sur ce duo Mulder / Scully et son opposition de points de vue, tout en installant une relation de respect et d’amitié. Mulder est le “croyant”, curieux de découvrir de nouvelles choses mais trop obsédé pour rester objectif (même s’il s’avère avoir souvent raison). Scully est la scientifique, sceptique face aux explications de Mulder et qui est là pour apporter une explication sensée. Elle accepte cependant d’écouter les idées de Mulder à condition qu’il en fasse autant.

Chris Carter se refuse à créer une tension sexuelle entre les deux. Là-dessus, il a un désaccord avec la chaîne qui voulait d’ailleurs refuser Gillian Anderson dans le rôle de Scully, ne la trouvant pas assez “sexy” pour les possibilités à venir. C’est Chris Carter qui gagne pendant un moment, et ne serait-ce qu’en embauchant Anderson, puisqu’il faudra attendre la “deuxième” partie de la série pour voir le duo devenir un couple.

2. | L’équilibre dans la Force

Chapitre II | L’équilibre dans la Force


Il serait bien évidemment faux d’affirmer que X-Files fut la première grande série TV. Si le statut des séries TV à travers le monde n’a pas toujours été ce qu’il est aujourd’hui, en 1993 on voyait déjà derrière nous depuis des décennies Star Trek, Doctor Who, Les Envahisseurs, Le Prisonnier ou encore plus récemment Twin Peaks. X-Files a cependant eu la chance de naître à une époque de mondialisation grandissante, et à l’essor d’Internet. Mais Chris Carter puise de nombreuses inspirations dans ces séries cultes, ainsi que dans de nombreux films.

Pour le pilote il s’allie à Daniel Sackheim, producteur de nombreuses séries procédurales, et s’inspire du Silence des Agneaux pour créer l’ambiance et le décor de la série. La récente série Twin Peaks est aussi une source d’inspiration pour cet univers lourd et fantastique dans lequel évoluent des agents du FBI. Mais ce sont les séries anthologiques comme La Quatrième Dimension ou Alfred Hitchcok Présente qui vont être l’inspiration principale de la série pour ses épisodes bouclés.

La plupart des épisodes de la série fonctionnent sur le principe du “freak of the week” : à chaque semaine son phénomène paranormal ou son monstre, et Mulder et Scully traitent le cas avec plus ou moins de succès dans un épisode dit bouclé. Le concept est idéal aussi bien pour les producteurs que pour les scénaristes. Pour les producteurs, ça revient à offrir des épisodes indépendants aux téléspectateurs, qui peuvent donc s’installer un soir devant leurs postes sans se poser la question de ce qu’il s’est passé la semaine précédente. Pour les scénaristes ça permet de s’attaquer à de très nombreux thèmes et avec de nombreux styles. Petit gimmick de ces épisodes : le rapport final. Mulder ou Scully écrit son rapport et le dicte en voix off, donnant des précisions sur le dossier et ses suites, et terminant souvent sur la conclusion “Affaire non classée”.

Ainsi sur ses neufs saisons, la série aborde et interprète de nombreux thèmes de science-fiction, d’horreur ou de fantastique, allant de la religion aux légendes urbaines ou anciennes, en passant par la télékinésie, le clonage, l’hybridation... De quoi rendre hommage aux maîtres du genre. Aidé par une époque de mondialisation et d’expansion des médias télévisuels, X-Files devient rapidement un vrai phénomène et terrorise toute une génération d’enfants et d'adolescents. Mais sans son thème principal, la série n’aurait eu le même succès.

Car si les épisodes bouclés sont pratiques, l’idée de Chris Carter est d’installer une vraie mythologie à sa série, ce qu’il fait progressivement dès le premier épisode pour tenir le spectateur en haleine. En effet dès le début le spectateur sait que les monstres en tout genre existent, et il reste peu de mystère à lever. C’est sans compter sur le complot extra-terrestre. Les aliens existent, des agents du Gouvernement le savent et le dissimulent au monde. Qui ? Pourquoi ? Comment ? Carter a conçu une intrigue sur cinq saisons qui doit amener Mulder et Scully à découvrir toutes ces réponses, et c’est dans cette mythologie que se trouve l'immense force de la série.

Aidé par les débuts d’Internet et des forums de fans, la série qui avait commencé avec de jolies audiences creuse de plus en plus sa place de saison en saison. Elle fait le buzz au travail ou dans les cours de collèges et lycées pour parler des dernières découvertes de Mulder. La fin de saison 2 est un modèle du genre et nous laisse sur un cliffhanger encore jamais vu, créant l’anticipation pour le début de saison 3 qui accrochera pas loin de 20 millions de spectateurs à leurs écrans.

3. | Combattre le futur

Chapitre III | Combattre le futur


“Je vais aller jusqu’au bout, aussi longtemps qu’ils cacheront la vérité”

Au-delà du fantastique et de l'horreur, c'est donc le fameux complot alien qui crée le vrai succès de X-Files, et du personnage de Mulder. La série joue sur la corde conspirationniste et place Mulder et Scully en héros du peuple cherchant à faire éclater "la vérité". A l'époque, le FBI et la plupart des agences américaines sont plus méconnues qu'aujourd'hui, et font l'objet de fantasmes en tout genre. Beaucoup ont d'ailleurs cherché à savoir si les Affaires Non Classées existaient vraiment.

Dès les premières scènes et le générique on sait sur quel pied danser. "La vérité est ailleurs", "Je veux croire", puis "Ne faites confiance à personne" ou encore "Combattre le futur", la série jouent sur la peur du peuple de son Gouvernement et des secrets qu'il lui cache. Ainsi de nombreux thèmes comme le crash de Roswell, la Zone 51 ou encore l'assassinat du Président JFK sont abordés et font partie du complot. En plus de reprendre les mythes fantastiques, la série reprend donc aussi les théories du complot plus récentes, afin d'étoffer sa mythologie sur l'histoire américaine.

Dans cette guerre dissimulée contre un mystérieux syndicat, Mulder est prêt à tout pour exposer la vérité. Mais Chris Carter ne joue pas la facilité en présentant un combat totalement manichéen, alors que ce fameux syndicat ne travaille finalement pas contre l'humanité. Carter élabore joliment une histoire de collaboration presque forcée pour repousser l'inévitable et éventuellement trouver un moyen de le combattre. Une histoire qui sera finalement coupée court pour cause d'allongement de la série, voulu par la Fox.

4. | Redorer le blason du petit écran

Chapitre IV | Redorer le blason du petit écran


Moins d'un an après sa première diffusion aux Etats-Unis, la saison 1 arrive en France en juin 1994 sur M6. La petite chaîne qui monte mise sur le nouveau succès de la Fox qui vise le même public qu'elle. Un pari réussi puisque dès sa première diffusion, la série est un succès et aide la chaîne à monter dans le coeur des fans.

Il faut se rappeler qu'à l'époque, la place des séries était l'après-midi. Vous étiez sûr de trouver un film le dimanche sur TF1 et vous étiez loin d'avoir les Experts en prime time trois fois par semaine. A travers le monde, X-Files redonne ses lettres de noblesses au format télévisé, et leurs acteurs deviennent des stars. 

X-Files est tournée à Vancouver pendant ses 5 premières années. Habituée des tournages de séries, la ville offre les décors nécessaires à toutes les aventures du duo. Mais la série se démarque par une réalisation très soignée, et une ambiance sérieuse, voire pesante. Une rigueur qui force le respect des détracteurs historiques du format télévisuel.

Une malédiction règne cependant sur les séries des années 90 et veut que leurs acteurs ne percent jamais à Hollywood. C'est donc dans d'autres séries que David Duchovny et Gillian Anderson réussiront à survivre par la suite. X-Files cependant, se fait sa place au cinéma.

Fort de son succès, la Fox demande à Chris Carter de prolonger l'aventure. Et ce qui ne devait durer que 5 ans se voit projeté au cinéma avant de revenir pour plus de saisons. Et c'est là que tout bascule. 

5. | Embourbée dans sa mythologie

Chapitre V | Embourbée dans sa mythologie


Là où les années 2000 ont Lost, les années 90 ont X-Files. Deux séries basées sur leur mystère et leur mythologie qui ont atteint les cieux avant de se voir descendre par la critique pour avoir trop tiré la corde. C'est peut-être inévitable de décevoir lorsque l'on crée une forte attente, et pourtant les choses auraient pu beaucoup mieux se passer avec X-Files.

On lui reproche souvent de s'être perdue dans sa mythologie, et de multiplier les twists et les changements de direction au point de ne plus savoir où on en est. Cas typique : Samantha Mulder. Les conditions et les responsables de sa disparition ne cessent de changer au cours des saisons, et on n'est pas aidés par ses réapparitions en tout genre. On retrouve les problèmes des sagas "à clones" (les fans de Spider-Man en savent quelque chose) adapté à la sauce X-Files.
 
L'idée de départ était pourtant assez simple pour Chris Carter, tout comme le fameux complot. Tout aurait pu se résoudre facilement et la série se serait terminée sur la révélation finale. Mais la Fox a étiré le tout trop longtemps. Ainsi la saison 5 n'offre pas de vraie fin, le film n'est qu'intermédiaire et la saison 6 offre la conclusion originale comme une petite partie d'un tout. Mulder et Scully travaillent deux saisons de plus à résoudre des enquêtes en tout genre avant que Mulder ne soit enlevés par des aliens. Les deux dernières saisons se concentreront principalement sur Scully et les nouveaux enquêteurs John Doggett et Monica Reyes. Les super-soldats font leur entrée et le bébé de Mulder et Scully devient une sorte de messie...
 
Une conclusion qui, si elle est loin d'être mauvaise, ne satisfait pas les fans. La série attire de plus en plus les critiques depuis sa saison 6 et ne remontera jamais vraiment. Le dernier épisode, diffusé en 2002, offre une réponse ultime au complot et à la menace extra-terrestre. Un message fataliste contre-balancé par la promesse de combattre le futur faite sur un lit dans une chambre d'hôtel, la fin appelait un film pour 2012 qui ne verra jamais le jour. A la place, un second film sort en 2008 faisant collaborer à nouveau Mulder et Scully sur une affaire non classée. Le film se concentre sur les personnages et ne mentionne pas du tout le complot passé et l'invasion à venir. La vraie suite aura lieu en comic book en 2013, mais ne traite pour le moment pas de l'invasion : elle se concentre sur le mystère entourant le bébé de Scully.
6. | Affaire non classée

Chapitre VI | Affaire non classée


L'univers de X-Files et de son influence est large, trop pour ne les traiter qu'en une seul partie. C'est pourquoi cette semaine nous allons aborder divers points entourant la série : son créateur, ses personnages, ses acteurs, son influence sur les séries d'aujourd'hui, ses épisodes à voir absolument, sa fin et celle qu'il aurait du y avoir... et encore d'autres surprises !

N'hésitez pas à nous faire part en commentaires de ce que représente la série pour vous, des anecdotes que vous pouvez avoir et des épisodes qui vous ont marqués. En attendant nous vous laissons avec le thème de la série composé par Mark Snow. A très bientôt et excellente semaine sur SyFantasy.fr !
 

Chapitre I | Les deux font la pair


“Croyez-vous en l’existence de la vie extra-terrestre Agent Scully ?”

Usant de poncifs du genre et de dialogues qui font parfois un peu trop dans l’exposition, le pilote de X-Files n’en est pas moins d’une efficacité remarquable pour lancer la série. On nous présente d’emblée l’Agent Dana Scully, docteur en médecine récemment recrutée par le FBI, affectée aux Affaires Non Classées. Le but avoué de ses supérieurs est de la faire espionner l’Agent Fox Mulder, électron-libre persuadé de l’existence d’aliens et de phénomènes paranormaux, pour le ramener dans le droit chemin. En réalité, nous assistons sans le savoir à une étape de plus dans un complot de longue date pour faire cesser les recherches de Mulder.

Enquêteur hors pair, il est obsédé par les phénomènes inexpliqués et s’est donné comme mission de les exposer au monde, ainsi que la vérité sur les extra-terrestres qu’il pense cachée par un complot gouvernemental. Sa recherche est motivé par un traumatisme de jeunesse, alors qu’il est sûr d’avoir assisté à l’enlèvement de sa soeur par des aliens.

La série reprend la recette du duo de flics que tout oppose pour la tourner à sa sauce. Ici pas d’engueulades à tout va, pas de rivalité et pas de tensions sexuelles. Chris Carter respecte ses spectateurs et ne souhaite pas leur resservir un concept vu 100 fois et qui sera recyclé pendant encore bien longtemps. Les premières saisons jouent fortement sur ce duo Mulder / Scully et son opposition de points de vue, tout en installant une relation de respect et d’amitié. Mulder est le “croyant”, curieux de découvrir de nouvelles choses mais trop obsédé pour rester objectif (même s’il s’avère avoir souvent raison). Scully est la scientifique, sceptique face aux explications de Mulder et qui est là pour apporter une explication sensée. Elle accepte cependant d’écouter les idées de Mulder à condition qu’il en fasse autant.

Chris Carter se refuse à créer une tension sexuelle entre les deux. Là-dessus, il a un désaccord avec la chaîne qui voulait d’ailleurs refuser Gillian Anderson dans le rôle de Scully, ne la trouvant pas assez “sexy” pour les possibilités à venir. C’est Chris Carter qui gagne pendant un moment, et ne serait-ce qu’en embauchant Anderson, puisqu’il faudra attendre la “deuxième” partie de la série pour voir le duo devenir un couple.



Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés Erreur SQL ! SELECT distinct t1.id_n FROM fgd_tagtonews as t1, fgd_news as t2 where t1.id_n !=17326 and t2.id_n !='' and t1.id_n = t2.id_n and t2.etat='1' and t1.id_tag IN () order by t2.date desc limit 0,6
You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near ') order by t2.date desc limit 0,6' at line 1