Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Les Maîtres du Fantastique #2 : James Wan

6
ChroniquesLe 15 Oct
partager cet article

Insidious : Chapitre 2 vient tout juste de sortir dans les salles obscures et son réalisateur, James Wan, a avoué en avoir fini avec la réalisation de films d'épouvante. L'occasion donc de retracer la "encore courte mais bien remplie" carrière du cerveau à l'origine d'un des films les plus rentables de l'histoire du cinéma d'horreur, Saw.

Né à Kuching en Malaisie, James Wan et sa famille déménagent rapidement en Australie où il va grandir et faire ses études. James intègre la Royal Melbourne Institute of Technology où il étudie avec passion la réalisation. Une licence d'arts en poche, il commence à travailler dans la publicité mais cette voie ne lui plait pas et il décide de devenir réalisateur. James Wan aime l'épouvante et son premier film avec la double casquette de réalisateur de scénariste, Stygian, raconte l'histoire d'un couple qui se voit expédié dans une dimension parallèle dans laquelle la violence et l'horreur sont maîtres. Ce film méconnu sorti en 2000 lui permet de remporter un prix au Festival du film indépendant de Melbourne. Fort de cette première expérience, James Wan est bien décidé à continuer sur sa lancée mais son compte en banque lui faisant défaut, il est obligé de voir ses ambitions à la baisse et décide de tourner un court-métrage. Pour cela, il décide de s'allier à un ami scénariste rencontré quelques années auparavant sur les bancs de la fac, Leigh Whannell.
Les deux hommes et leur budget limité restent confiants et décident de s'inspirer d'un film qui a prouvé qu'avoir de grands moyens pour réaliser un film n'était pas une prérogative, le Projet Blair Witch.

Les deux hommes ont alors l'idée d'un huit clos d'horreur qui mélange des éléments de thriller et d'épouvante sans oublier quelques scènes gores. Ce film, Saw, ne peut cependant pas voir le jour tout de suite et pour présenter une maquette à différents producteurs, James et Leigh tournent un premier court-métrage en 2003 dans lequel Leigh joue lui-même le rôle du protagoniste, David. À l'époque, on retrouve déjà les éléments à la base de la saga comme les pièges mais aussi la marionnette de Billy assez représentative de la série.



Gregg Hoffman voit tout de suite le potentiel de Saw et décide de produire le film des deux amis qui sortira un an plus tard, en 2004. Avec un budget estimé de $1 200 000, le film est un succès international malgré son accueil critique moyen et il rapporte plus de $100 000 000, ce qui fait de lui le deuxième film d'horreur le plus rentable à l'époque, juste derrière Scream.
Saw devient alors la poule aux oeufs d'or pour Lionsgate et si le film connaîtra six suites et si James Wan, qui a raconté l'histoire qu'il voulait, ne réaliste plus aucun épisode, il restera tout de même à la production sur la saga.

Après l'épisode Saw, le réalisateur décide donc de se tourner vers deux nouveaux projets. Pour le premier, il reste dans ses baskets puisqu'il s'agit de Dead Silence, un nouveau film d'horreur. Encore une fois, c'est Leigh Whannell qui s'occupe du scénario et James Wan de la réalisation du film qui voit Jamie Ashen enquêter sur la mort de sa femme et découvrir qu'un fantôme est à l'origine de tous ses malheurs. Wan réutilise certains codes de Saw comme la poupée Billy mais la mayonnaise prend moins bien dans Dead Silence. Si James Wan se montre ingénieux dans la création de certains mécanismes de tension, il est desservi par les acteurs et le scénario qui ne brillent pas par leur grande qualité. Et les conséquences se font directement ressentir car le succès du film n'est pas au rendez-vous et les projets de suites sont aussitôt abandonnés.

Mais le réalisateur n'a pas dit son dernier mot pour l'année 2007 et livre son premier film qui s'éloigne des sentiers de l'épouvante, Death Sentence. Si le film qui mélange action et thriller reçoit une mauvaise critique auprès de la presse, James Wan se révèle plutôt efficace sous sa nouvelle casquette et livre un film qui l'est tout aussi avec un Kevin Bacon assez expéditif. Pour la première fois, il ne participe pas au film qu'il réalise puisqu'il s'agit de l'adaptation du roman du même nom de l'auteur américain Brian Garfield.

Un an plus tard, James Wan fait un micro-détour dans l'industrie du jeu vidéo où il réalise un trailer pour l'E3 à l'excellent survival horror développé par Visceral Games et édité par Electronic Arts, Dead Space.



Après la déconvenue de Dead Silence, les inséparables James Wan et Leigh Whannel décident de prendre leur temps avant de sortir leur prochain film d'horreur afin de bien le peaufiner et c'est comme ça qu'arrive finalement Insidious en 2011. Leur vision du film d'horreur a mûri depuis la sortie de Saw et ils décident qu'il est temps de mettre le gore de côté pour se concentrer sur la suggestion dans cette histoire qui se déroule au sein d'une maison hantée. Pour avoir le contrôle total sur son film, James Wan prend le pari de le réaliser indépendamment de toute société de production et il dispose alors de $1 500 000 pour donner vie à son film. Et le moindre que l'on puisse dire, c'est que le malaisien sait comment transformer de l'eau en vin car le succès est de nouveau au rendez-vous et Insidious réussit à engranger 97 millions de dollars à travers le monde, faisant de son nouveau film le long-métrage plus rentable de l'année 2011.

James Wan a alors le vent en poupe et la Warner l'approche très rapidement pour qu'il se colle à la réalisation sur leur film d'épouvante, The Conjuring : Les dossiers Warren. Ce nouveau film a une approche intéressante pour le réalisateur puisqu'il s'agit ici d'adapter une enquête d'Ed et Lorraine Warren, des investigateurs spécialisés dans le paranormal très célèbres aux USA pour leurs exorcismes. Le réalisateur est sur son terrain de prédilection et le film, qui est sorti le mois dernier, est un gros succès auprès de la critique et du public ce qui lui permet d'afficher rapidement plus de 300 millions de dollars au box-office.

Mais James Wan est un homme (très) occupé et en parallèle de The Conjuring, il travaille pour la première fois sur la suite d'un de ses films avec Insidious : Chapitre 2, avec son ami de toujours, Leigh Whannell. Avec une sortie le 2 octobre dans les salles, James Wan se paie le luxe d'imposer les deux rendez-vous horreur de la rentrée. Le film n'est pas vraiment apprécié par la critique mais le réalisateur a déjà gagné son pari puisque le film a, pour le moment, rapporté environ 102 millions de dollars, un peu plus que le premier épisode.

L'éventualité d'une troisième suite a d'ores et déjà été évoquée par Leigh Whannell mais elle se fera sans James Wan puisque celui-ci vient d'annoncer qu'il arrêtait la réalisation de films d'horreur pour se tourner vers d'autres genres qui le passionnent tout autant. Et il ne lui aura pas fallu très longtemps pour trouver du travail puisqu'il a d'ores et déjà débuté le tournage du septième film estampillé Fast & Furious aux côtés de Vin Diesel, Paul Walker mais aussi Kurt Russel. De plus, l'homme est rattaché à un projet des plus étranges depuis l'année dernière puisque le réalisateur devrait réaliser l'adaptation cinématographique de la série phare de Richard Dean Anderson, MacGyver.

James Wan est encore un réalisateur très jeune, mais du haut de ses 36 ans, il a réussi à rendre les films d'horreur populaires avec le carton de Saw. S'il est juste qu'ici resté cantonné à son genre de prédilection, il a su se réinventer et ses films ont mûris en même temps que lui, passant du gore de Saw au suggérer de The Conjuring. Fast & Furious sera donc véritablement un test pour le réalisateur qui rêve de voguer vers d'autres horizons et même s'il a avoué se retirer définitivement du royaume de l'épouvante, il n'est pas exclu de le voir revenir dans quelques années d'autant plus qu'il n'a pas coupé tous les ponts avec le genre puisqu'il produit le film de Will Canon, Demonic

Galerie Photo Les Maîtres du Fantastique #2 : James Wan

6 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité