Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Dracula (2013) s01e01, la critique

3
ReviewLe 28 Oct
partager cet article
4 /10
On a aimé
• De bons acteurs
• Quelques bonnes idées
On a moins aimé
• C'est plat
• On n'est pas devant Dracula

Parfois, le domaine public a du bon. Il permet de s'approprier une oeuvre et de la réinventer. Parfois cependant, il permet juste à des producteurs de se construire une première audience sur un nom et un concept, tout en faisant les fainéants à côté. Apparemment pas encore au courant que la mode des vampires est passée de quelques années, NBC lançait vendredi dernier sa nouvelle série Dracula, avec Jonathan Rhys-Meyers (The Tudors) dans le rôle titre.

On en parlait il y a peu dans un podcast, le bal des remakes et des adaptations bât son plein depuis plusieurs années au cinéma et à la télévision. Pour le meilleur ou pour le pire. Ces dernières années nous avons par exemple eu le droit aux très bonnes séries Hannibal et Bates Motel, à la prometteuse Sleepy Hollow, et bientôt à un I, Frankenstein qui fait a priori très peur. Concernant Dracula, si on a vu les vampires se multiplier ces dix dernières années, et le comte apparaître dans de nombreuses œuvres, sa dernière adaptation mémorable date désormais de 1992 avec le film de Francis Ford Coppola. La série de NBC apportera-t-elle de la fraîcheur au mythe ? Pas sûr du tout.

Alors que Sherlock Holmes a récemment fait son apparition dans le Londres moderne, ou que Jekyll et Hyde* avaient subit le même sort quelques années auparavant, NBC décide de ne pas ramener Vlad l'empaleur à notre époque mais à l'époque victorienne. Ce n'est pas forcément un hasard puisque c'est en 1897 que Bram Stocker avait publié son célèbre roman. Et c'est presque au même moment que le Londres de 1896 découvre Alexander Grayson.

Ramené à la vie en Roumanie en 1881, Dracula a passé 15 ans à se constituer cette nouvelle identité d'industriel américain. Il se dévoile enfin au beau monde londonien pour présenter sa toute nouvelle découverte : l’électricité sans fil. Son objectif : offrir une nouvelle source d'énergie au monde, pour le libérer de sa dépendance au pétrole. En réalité, il s'agit là d'un plan fomenté depuis des années aidé d'un improbable complice (nous ne vous gâcherons pas la surprise) pour ôter son pouvoir à l'Ordre du Dragon, responsable de la mort de sa femme Mina et de sa transformation. Bien entendu sur son chemin, il rencontre la réincarnation de sa défunte épouse.

Le pilote est un véritable paradoxe. Il n'est ni bon ni mauvais en soit, les acteurs sont plutôt bons et l'ambiance pourrait être intéressante, mais... il n'est ni bon ni mauvais et n'inspire aucune sympathie. On aurait aimé critiquer de gros défauts de jeu ou de réalisation, à la place on ne peut que relever que les défauts de l'histoire : elle est inintéressante. Jamais on a l'impression de voir Dracula. Jamais on est impressionnés. On se trouve devant une histoire vue des dizaines de fois qui n'apporte rien d'innovant.

Elle pourrait donc se contenter de la moyenne, mais la série a le malheur de faire de grossières erreurs, comme par exemple le fait de s'appeler Dracula. Le mythe du personnage a beau être celui du vampire, raffiné, torturé et romantique, il n'en demeure pas moins brutal et intransigeant. Ici ? Il s'attèle à faire couler les intérêts financiers de ses ennemis pour s'en venger... Après des siècles à vouloir se venger, ne serait-il pas plus logique pour lui de profiter de sa surpuissance physique, de transformer quelques humains en vampires assoiffés et d'éliminer tous ses ennemis dans bain de sang barbare à souhait ? Jim Profit et plus récemment Frank Underwood** sont plus malins et plus dangereux que le plus célèbre des vampires.

Les fans du roman et de ses dérivés à travers le temps retrouverons de nombreux personnages connus, adaptés au 19ème siècle et dans des postures plus ou moins logiques. Ici encore, Daniel Knauf (Carnivale) et son équipe peinent à être inspirés et à nous fournir quelque chose d'original ou ne serait-ce que bon. Le pire se trouve probablement du côté des "méchant" de l'Ordre du Dragon qui ont... des têtes de méchants ! Montrez une photo du casting à n'importe quelle personne, elle vous dira qui est du bon ou du mauvais côté. Vive la subtilité. Quant à la violence de la série, elle est à peu près inexistante. On a du mal à croire qu'on se trouve sur la chaîne qui nous a donné Hannibal l'an dernier.


En empruntant un nom aussi symbolique, la série se devait de faire rapidement ses preuves. C'est fortement raté. Et à moins d'un miracle dans les prochains épisodes, il y a peu de chance que l'intérêt soit relevé. Préférez-lui House of Cards si vous voulez de la vengeance, et de nombreuses autres séries si vous voulez voir des vampires. On en est presque heureux que cette saison ne compte que 10 épisodes. Le problème, c'est qu'avec ce titre NBC pourrait d'ores et déjà la renouveler pour une secondes saison.

* Nous ne saurions que trop vous conseiller la mini-série Jekyll de Steven Moffat, le même qui a co-créé Sherlock.
** Respectivement, les héros de Profit et House of Cards.


Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés

auteurs & mots-clés
dracula NBC série
3 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité