Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Bound by Flame, le test

1
ReviewLe 09 Mai
partager cet article
7 /10
On a aimé
• Le gameplay action/tactique excellent
• La sensation d'impact dans les combats
• Le design des monstres très réussi
• L'histoire sombre reposant sur les choix moraux
On a moins aimé
• Une écriture perfectible
• La direction artistique très inégale
• Le cloisonnement des zones

Il y a un an, Spiders Games sortait Mars : War Logs, un action-RPG futuriste, qui avait reçu un accueil mitigé malgré un univers et un gameplay jugés intéressants. Le studio s'attaque désormais à la fantasy avec Bound by Flame qui sort aujourd'hui sur PC, PS4, PS3 et Xbox 360. Marchant sur les traces de son aîné, ce RPG au gameplay action bien nerveux est-il à la hauteur de ses ambitions ?

Un univers héroïc-fantasy sombre

L'histoire se déroule dans un univers d'héroïc-fantasy où les humains et les elfes mènent une guerre depuis dix ans contre la Mortearmée, une déferlante de morts-vivants dirigés par les Seigneurs du Froid. Vous incarnez Volcan, un guerrier mercenaire qui voyage avec ses compagnons pour combattre l'invasion. Au cours d'un rituel qui tourne mal, votre personnage se retrouve possédé par un démon qui vous rend plus puissant en vous faisant partager son pouvoir du feu.

Loin d'être générique, l'histoire est étrangement sombre avec ses moments de violence et de drame. En effet l'héroïc-fantasy ici fait moins référence aux paysages colorés et enchanteurs typiques, qu'à l'univers sombre et peu accueillant d'un The Witcher, toute proportion gardée. On est en effet loin de ce dernier car l'écriture de Bound by Flame est inégale, mais cela confère tout de même une originalité à l'univers et vient lester la progression d'une certaine intensité dramatique.

Le choix est au cœur de la progression et le joueur devra décider s'il cède aux pouvoirs de son hôte ou s'il lui résiste et s'interdit l'usage du feu. D'autres choix sont régulièrement proposés et ils changent le déroulement des quêtes ainsi que les rapports avec les personnages, même si la trame générale subit peu de changements.

C'est le côté Mass Effect d'un jeu qui a voulu tout miser sur la discussion pour en faire le moteur principal de la narration. Ainsi, c'est en parlant avec les personnages que vous apprendrez à les connaître, à vous en méfier, que vous tisserez des liens, etc. L'implication émotionnelle est toutefois limitée car les compagnons sont maladroitement introduits et peu développés. Contrairement au mastodonte de Bioware, on ne ressentira jamais la crainte de perdre ses amis par exemple et l'on sera rarement touché par un dialogue.

Spiders a toutefois de bonnes idées pour mettre en scène la tension, à l'image des cinématiques qui apparaissent lorsque vous triomphez d'un boss où l'on voit toute la brutalité de votre personnage.

Un gameplay action / tactique brutal

Le combat est d'ailleurs le points fort de Bound by Flame qui repose sur un gameplay action très nerveux et tactique à la fois. En effet, point de bashing dans ce jeu mais des combats qui durent contre des ennemis résistants, ce qui nécessite de réfléchir à son approche et d'être très réactif.

Pour vous adapter à l'ennemi, il suffit de changer d'arme durant le combat. L'arme à deux mains est lourde et permet de parer les coups puissants avant de guetter l'ouverture pour une contre-attaque directe. Plus nerveux, le combat à deux armes vous fait virevolter entre les ennemis et jouer de l'esquive. Enfin l'arbalète permet de se débarrasser des ennemis distants qui vous gênent pendant que vous êtes au corps à corps. À tout cela s'ajoutent les pièges que vous posez au sol et dans lesquels vous tentez d'attirer l'ennemi qui, renversé par l'explosion, sera alors vulnérable pendant un court instant. Bref vous l'aurez compris, la tactique est au rendez-vous et elle n'est pas une option fasse à des ennemis très punitifs. Le placement est donc essentiel et oblige le joueur à varier ses approches.

Il existe d'ailleurs une approche furtive très réussie qui propose une alternative intéressante à l'attaque directe et démontre toute la finesse d'un gameplay déjà riche. La sensation d'impact est également au rendez-vous et vos armes tranchent littéralement dans le lard. Le tout donne des combats visuellement impressionnants et très gratifiants lorsqu'on finit par les maîtriser.

Dans cette logique, le système d'évolution du personnage est entièrement dirigé vers le combat et il permet de manière simple mais efficace de choisir votre spécialité entre les armes à deux mains, les deux armes ou le feu. En effet après vous avoir possédé, le démon vous offre une spécialité feu dans laquelle vous pouvez dépenser les points obtenus en passant des niveaux. Les sorts sont puissants mais ils consument votre âme petit à petit. Un système de craft permet de fabriquer des potions, des pièges et des carreaux d'arbalète avec les composants ramassés  sur les ennemis et dans l'environnement. Vous pouvez également améliorer les armures et les armes que vous trouvez sur les ennemis.

C'est un système simple, qui permet tout de même de voir évoluer son personnage et ses capacités de manière très habile.

Le level design cloisonné nuit à l'esthétique

Bound by Flame a été construit pour nous donner très souvent l’occasion de pratiquer ce gameplay très grisant. Les objectifs consistent la plupart du temps à se rendre sur un lieu précis pour affronter un boss après avoir nettoyé les nombreux ennemis qui occupent le chemin.

Pour cela les développeurs ont opté pour un level design linéaire très cloisonné. On a rien contre la linéarité dans un RPG, c'est une alternative au monde ouvert intéressante qui peut permettre de recentrer l'expérience sur la narration par exemple. Malheureusement, en plus d'être trop linéaires, les zones sont surtout bien trop chaotiques. Il s'agit d'un enchevêtrement de couloirs très cloisonnés qui nuisent à l'immersion car ils ne donnent pas la sensation de vivre une réelle aventure. L'espace de jeu labyrinthique n'est pas cohérent avec l'esprit d'exploration porté par la narration.


L'esthétique souffre particulièrement de ces environnements bien trop clos pour pouvoir exprimer leur plein potentiel. En effet, si quelques points de vue sont jolis, le choix de level design empêche la création de paysages vivants car il n'y aucune construction crédible et logique des zones. C'est d'autant plus dommage que l'équipe de Spiders a un certain talent artistique comme en témoigne le design réussi des monstres à mi-chemin entre l'horrifique et le merveilleux ou encore les textures de château fort qui rappellent Dark Souls.

Ce dernier s'appuie sur un level design relativement cloisonné et linaire mais agencé selon une topographie crédible pour créer de vrais espaces de narration. Dans Bound by Flame tous les chemins ne sont que des couloirs à monstres.

Il ressort une rigidité générale d'un titre qui limite tous les enjeux narratifs et visuels par son approche très étroite du level design. Esthétiquement inégal et à l'écriture maladroite, Bound by Flame n'est pas totalement à la hauteur de ses ambitions mais il parvient à proposer une expérience sympathique. Sa fantasy dark, sa volonté d'écriture à travers les personnages et son gameplay jouissif en font un titre tout de même très attachant et original par rapport au tout venant du genre.

Galerie Photo Bound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le testBound by Flame, le test

1 commentaire Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité