Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Édito #68 : Une série qui vous invite à lâcher prise

21
evenementsLe 08 Dec
partager cet article

Dimanche dernier, les américains ont pu découvrir le dernier épisode de The Leftovers sur HBO, un épisode qu’OCS nous a permis de découvrir en France dès lundi soir grâce à la politique US+24. Un épisode qui conclue une saison brillante, et éventuellement la série, alors qu’aucune saison 3 n’a pour le moment été officialisée par la chaîne.

Sortie des cerveaux de Tom Perrotta, auteur du livre qui a inspiré la série, et Damon Lindelof, l’un des papas de Lost, The Leftovers est ce genre de série qui, plutôt que de tourner autour d’un fait exceptionnel, s’amuse à jouer autour et à en faire un prétexte pour vous parler de ce que l’on qualifiera de « choses vraies ». La vie, la mort, l’amour, la séparation, le deuil, l’espoir, etc. Et son plus beau message, qui résonne particulièrement aujourd’hui, est de simplement savoir lâcher prise face à ce qu’on ne maitrise pas.


D’un point de vue personnel, la série était mal partie à ses débuts il y a maintenant plus d’un an. Lançant des mystères et des ambiances bizarres dans tous les sens, elle offrait tous les symptômes du genre de séries que je déteste : celles qui veulent faire du sensationnel, du racolage sans but si ce n’est de faire parler, et sans pouvoir raccrocher les wagons derrière. Pour arracher le pansement d’entrée de jeu, c’est souvent ce que le grand public reproche àLost, à tort à mon avis*, car ceux qui lui reprochent ça le font souvent par mauvaise foi, sans avoir réellement tenté de comprendre la série. Pour illustrer mon propos, j’irai plus taper sur des séries comme Flash Forward, The Event, Revolution et j’en passe. Des séries qui partent d’un concept, d’une mise en forme qui se veut attirante mais souvent vide derrière (et qui cherchaient d’ailleurs souvent à reproduire cette émulation de Lost sans y arriver).

Mais passé un premier tiers de saison maladroit, l’équipe de The Leftovers révélait ce qu’elle avait réellement sous le pied, à savoir la volonté d’exorciser les démons les plus profonds des gens. C’est ainsi que la série est devenue, semaine après semaine, une catharsis pour son spectateur, l’amenant non plus à trouver à tout prix le fin mot de l’histoire – les producteurs ont d’ailleurs indiqué qu’ils ne l’auraient jamais – mais à se laisser plonger dans l’aventure émotionnelle de ses protagonistes. Mal-être, abandon, peine, colère, rage et joie devenaient les grands thèmes de la saison, baignés dans l’éternel rapport à soi et aux autres. Et le tout porté par des acteurs brillants.

Loin d’être exempte de défauts, la première saison s’était conclue sur ce mélange étrange d’espoir et de fatalité qui fait la vie, et imposait la série comme une œuvre majeure des années 2010, où le quotidien du monde est sans cesse marqué par le drame, et un sentiment de chaos perpétuel. Et c’est sur cette base que Lindelof et Perrotta ont construit leur seconde saison.

Ironiquement, et tristement, au moment où le monde « découvre » que personne n’est à l’abri de l’horreur, la série nous invite à se plonger dans une communauté qui, au milieu d’un monde complètement ravagé par une catastrophe, est la seule à ne pas avoir été touchée. Quel est son rapport au monde, et vice versa ? Comment vivent les gens dans cette communauté ? Quel est le prix, et l’impact, de la sécurité ? Et surtout, que se passe-t-il si un drame vient toucher cette ville bénie ?


Sans totalement laisser de côté sa racine fantastique / mystique (Lindelof s’amuse d’ailleurs à placer de gros parallèle avec la série), la saison 2 de The Leftovers aura marqué par sa capacité à surprendre, plus souvent dans le bon sens que dans le mauvais, et à nous faire oublier les défauts de la saison précédente, allant même parfois jusqu’à en faire des qualités. Se jouant de son spectateur, Lindelof avoue avoir dû s’adapter à une époque où les théories fusent de partout, où le secret est dur à garder, et où le public est devenu si aguerri qu’il est difficile pour lui de rester en place. Mais comme avec ses personnages, le message qu’il a pour nous, c’est d’arrêter de chercher à contrôler les choses, de lâcher prise, et d’embrasser ce qu’on nous offre et ce qui nous entoure.

* ceux qui viendront s’opposer à ce point de vue sont les bienvenus, puisque tous les avis se valent. Je m’engage à débattre sur ce qui ne leur va pas, et tenter d’expliquer ce qu'ils ont pu ne pas comprendre dans Lost.



Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés

auteurs & mots-clés
The Leftovers HBO Damon Lindelof
21 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité