Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Les Feuillets de Cuivre, la critique

1
ReviewLe 22 Dec
partager cet article
9 /10
On a aimé
• Le style de l'auteur
• L'univers
• L'hommage à la littérature du XIXe siècle
• Le savant mélange entre les genres littéraires
• Le personnage principal
On a moins aimé
• La redondance de certaines situations (Le personnage monte souvent des escaliers.)

Le Steampunk est l’un des genres littéraires les plus vivaces depuis quelques années. S’il se décline dans différents arts, le roman reste son vecteur originel. Cette réinvention du passé offre un nouveau terrain de jeu pour les auteurs qui l’investissent chacun de manière différente. Fabien Clavel s’attaque à l’uchronie accompagné par les éditions ActuSF qui pour l’occasion propose un très bel écrin à son dernier roman.

Le récit débute par la découverte d’un cadavre dans les rues de Paris. Ce corps sévèrement mutilé sera le premier d’une longue série. Le gardien de la paix Ragon, ancien militaire de la débâcle de Sedan, impose sa corpulence pachydermique tout comme sa clairvoyance pour faire toute la lumière sur les meurtres auxquels il est confronté.

Le livre s’articule dans une première partie comme une histoire policière classique à la Agatha Christie. Un meurtre, un enquêteur hors norme, une investigation qui le conduit à rencontrer la population interlope du Paris du XIXe siècle et la résolution. Le « Whodunit » traditionnel. À une originalité près,Ragon, le personnage principal se sert de la littérature pour dénouer les mystères.

La deuxième partie diffère quelque peu par l’apparition de l’alter ego qui à l’instar de Moriarty pousse le héros dans ses retranchements.

Les enquêtes s’enchaînent tout comme les nouvelles, toujours construites sur le même schéma qui rappelle la structure des « Cop Show » télévisés américains, par leur succession de gimmicks. Le meurtre possède une place centrale et en filigrane on découvre un peu plus les personnages et les relations qui les unissent. L’Histoire du siècle se manifeste elle aussi en arrière-plan à travers quelques allusions qui donne du corps à l’univers. Ici, il ne faut pas s’attendre à un récit Steampunk haut en couleur, car le livre est totalement focalisé sur le héros. Ce qui fait Steampunk se glisse dans des évocations comme l’éther. Il est le fil qui tisse l’intrigue au même titre que le merveilleux qui apparaît de manière surprenante sans que jamais cela ne brise le degré d’immersion du lecteur. Fabien Clavel s’amuse avec lui, chacune de ses nouvelles sonne comme des ritournelles. Les mêmes motifs reviennent d’histoire en histoire et dans un jaillissement, il y apporte un nouvel élément qui vient éclairer le récit qu’il nous raconte.

Fabien Clavel propose un livre érudit appuyé par un style agréable qui s’articule autant sur les figures de la culture populaire que sur des figures classiques du roman. Il y distille avec adresse les genres, mêlant récit policier et merveilleux, sans que jamais cela ne nuise au sujet. Les Feuillets de Cuivre résonnent surtout comme une lettre d’amour à la littérature du XIXe. Un amour porté par le héros qui filtre le monde à travers les grands auteurs de ce siècle. Si le personnage de Ragon n’est qualifié que par quelques attributs, son embonpoint et son amour pour les lettres. Pourtant, il n’a rien à envier à Hercule Poirot ou autre Sherlock Holmes. Les Feuillets de Cuivre offrent un véritable hommage à la littérature, un héros charismatique et surtout un très bon moment de lecture.


Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés

auteurs & mots-clés
critique Littérature ActuSF
1 commentaire Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité