Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

The X-Files S10E02, la critique

7
ReviewLe 27 Jan
partager cet article
8 /10
On a aimé
• Une ambiance digne de la série originale
• Un épisode mixte
• Le traitement des protagonistes
On a moins aimé
• Des manquements mineurs à la réal'
• On a compris le message sur Snowden, merci
• Un certain manque de conclusion

Revenue sur la Fox dimanche soir après treize ans d’absence, et ce avec un épisode qui nous a plutôt déçu, la série X-Files s’offrait un nouvel épisode dès lundi, prenant la case horaire qui lui sera encore dédiée les quatre prochaines semaines. Et de la déception nous passons à l’admiration devant un James Wong qui n’a pas perdu de sa superbe.

Coincés entre deux épisodes mythologiques, les quatre épisodes centraux de cette saison 10 nous ont été annoncés comme des épisodes anthologiques sur le format des Freak of the Week qui a fait la popularité de la série dans les années 90. À ce titre, il est possible de les visionner sans (trop) de problème dans n’importe quel ordre et c’est pour ça que la Fox, ne reniant pas ses mauvaises habitudes, les a complètement chamboulées. Funder’s Mutation, l’épisode de ce lundi, était donc originalement prévu comme le cinquième des six épisodes. Passons, on ne boudera pas notre plaisir en découvrant une bonne intrigue, et un bon traitement de nos héros.


James Wong, à qui on ne doit pas que des merveilles dans sa carrière (il a réalisé Dragon Ball Evolution, c’est dire), est un habitué de X-Files. Il produit d’ailleurs tous les épisodes de cette saison. À l’époque, s’il n’avait réalisé qu’un seul épisode (consacré à l’Homme à la Cigarette), il en avait écrit une quinzaine, dont quelques classiques (Ice, Home, The Field Were I Died, ou encore celui qui a traumatisé mon enfance, Tooms !). Ici, il reprend l’écriture et se place pour la deuxième fois derrière la caméra pour le show de Chris Carter.

Et il n’a rien oublié, puisque tout est là pour nous mettre dans l’ambiance des meilleurs loners de l’époque. Situations oppressantes, scènes gores, entreprise au but peu clair, complot, petit détour par des hôpitaux un peu angoissants, touches d’humour et on en passe, tout est là pour replonger Mulder et Scully dans l’ambiance de leurs meilleures enquêtes. J’ai eu parfois des relans pas désagréables d’épisodes comme Roland, Eve ou Ghost in the Machine. Un gage de qualité.

"Doctor Scully, I was told that you were the rational one"

Mais on nous avait quelque peu menti, puisqu’en plus de fournir un très bon épisode indépendant, Funder’s Mutation sert à faire avancer l’intrigue générale d’un côté, mais surtout à explorer la psyché de Mulder etScully, et particulièrement le choc provoqué par l’abandon de leur fils William des années auparavant. À ce titre, Scully, qui était mise en retrait dans le premier épisode, remonte à la charge et pousse l’enquête aux côtés de Mulder pour obtenir des réponses.

Chose plutôt rare dans la série, l’épisode est entrecoupé de scènes fantasmées de la vie qu’auraient pu avoir les protagonistes s’ils avaient tenté de vivre une vie normale avec leur fils. De quoi explorer leur peine et leurs regrets, mais aussi leurs craintes profondes, levant un peu la lumière sur ce qui les a poussés vers cette terrible décision.

Mais puisque rien n’est parfait, on se permettra de relever deux ou trois détails qui ont pu gêner l’appréciation de cet épisode : d’abord le démarquage entre la réalité de l’épisode et les scènes fantasmées, qui se fait sans transition, ce qui déstabilise un peu. Ensuite le besoin constant qu’on attribue de notre côté à Chris Carter, de vouloir insister sur la critique du monde moderne (via une référence un peu forcée à Edward Snowden). Et enfin, la quasi-absence de conclusion à l’intrigue principale de l’épisode. Certes, les personnages impliqués s’offrent une conclusion personnelle, mais leur futur et l’intrigue plus large que lançaient l’épisode ne trouvent pas ici de conclusion, appelant presque à une suite. Avec vingt ou trente minutes de plus, l’épisode aurait encore gagné en qualité.


Après un premier épisode qui nous avait vraiment laissés sur le carreau, X-Files nous montre qu’elle est une série sur laquelle on peut encore compter, et promet de beaux épisodes dans les prochaines semaines. On saluera particulièrement le travail de James Wong, qui ne manque pas non plus son retour. On a hâte d’être à la semaine prochaine, et c’est bien ce qui compte le plus au final.


Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés

auteurs & mots-clés
X-Files James Wong Chris Carter FOX
7 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité