Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Les Évangiles Ecarlates, la critique

0
ReviewLe 25 Fev
partager cet article
7 /10
On a aimé
• Les qualités de conteur de Clive Barker
On a moins aimé
• Une fin qui ne se révèle pas à la hauteur du personnage de Pinhead
• La chute de rythme

Clive Barker fait partie de ces personnes dont la simple évocation des œuvres provoque l’effroi. Parmi les créatures sorties tout droit de son esprit, Pinhead, le moine de l’enfer, fait figure d'incontournable. Immortalisé à l'écran avec la série de films Hellraiser, il revient pour la dernière fois dans Les Évangiles écarlates, paru aux éditions Bragelonne, où il sera confronté à une autre figure de l’auteur, Harry D’Amour, que l'on a pu découvrir dans le livre Secret show. 

Le récit commence comme il se doit par un massacre, le sang suinte des lignes au fil des éviscérations, des démembrements et autres réjouissances à faire tourner de l’œil le boucher le plus aguerri. Le moine de l’enfer extermine les cinq derniers magiciens humains encore en vie. Le prologue laisse exsangue et annonce la couleur, rouge hémoglobine. Les enjeux sont clairs : ça va saigner. C’est vrai, pour une bonne partie de l’histoire. Le chapitre qui suit ce préambule nous présente Harry D’Amour plongé dans une enquête confié par un fantôme à l’une de ses amies aveugle. Cette affaire se révèle être un coup monté. Clive Barker distille avec intelligence des informations sur le passé du personnage en utilisant des flashbacks, dans le cœur de l’intrigue. Le rythme est soutenu. On éprouve les mêmes craintes que le héros de se retrouver nez à nez avec le cénobite, Pinhead.

Le roman est découpé en trois sections. À partir du deuxième livre, le récit change de nature. L’horreur s’estompe pour laisser place à une sorte de fantasy. L’auteur nous propose de suivre les pérégrinations des personnages en enfer, façon Frodon et Sam dans le Mordor. Loin de laisser l’intérêt retomber totalement, Clive Barker continue de montrer toutes ses qualités de raconteur d’histoire. Il étaye son univers et surtout il démontre dans l’agencement des chapitres son aptitude à casser les effets d’attente pour mieux surprendre. Mais malgré ses talents indéniables, l’intrigue s’étiole au fur et à mesure que les enjeux s’affadissent. Sans sombrer dans l’ennui, le dernier tiers contraste avec la nature suffocante des débuts. Le roman piétine sur la fin, en dépit de quelques passages un peu plus denses, et perd surtout sa capacité à provoquer la peur.

Pour l’ultime apparition de Pinhead, Clive Barker lui offre une sortie moins grandiose qu’escomptée. Loin d’être une déception, les Évangiles écarlates laisse le lecteur sur sa faim. Si l’horreur, le gore en particulier, ont attisé la tension sur les deux tiers du livre, les pérégrinations en enfer des personnages bouleversent la nature du récit. L’auteur n’arrive pas à dynamiser ce passage et ne nous propose qu’une histoire aux accents de fantasy, agréable, mais qui contraste trop avec l’ambiance suffocante qui régnait au début. Seuls ses talents de conteur lui permettent tout de même d’offrir un bon moment de lecture, sur toute la durée du roman.
Galerie Photo Les Évangiles Ecarlates, la critique

0 commentaire Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité