Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
partager cet article
2 /10
On a aimé
• Le changement de direction permis pour une éventuelle nouvelle saison
On a moins aimé
• C'est incohérent
• C'est mal réalisé
• C'est largement incomplet

Second et dernier épisode mythologique de cette saison 10, on attendait de My Struggle II qu’il réponde à quelques questions laissées en suspens pendant le premier épisode, et qu’il éclaircie certaines ombres amenées par l’existence même de cette saison. Au final, quand on imagine Chris Carter délivrer cet épisode à la Fox, voici ce qu’on visualise.


Une catastrophe. C’est ce qui nous vient en tête au bout de 42 minutes incohérentes et plates, qui nous amènent à regretter d’avoir lancer la lecture de l’épisode. Après une introduction putassière construite comme la réponse du point de vue de Scully à l’introduction faite par Mulder dans le premier épisode, on assiste à une course contre la montre pour le destin de l’humanité (rien que ça), mené en quelques dizaines de minutes sans finesse et sans style.

Quand on évoquait sur Babylon l’idée que Chris Carter utilise cette saison pour distiller ses peurs du monde actuel, ici il les étale sans logique sur une tartine brûlée au chalumeau. Comment en sommes-nous arrivés là ?

Alors que Mulder a disparu, Scully est aidée des jeunes et fringuants agents Miller et Einstein pour tenter de résoudre une crise qui se développe sous nos yeux, avec la promesse grandiloquente que « C’est la fin ». L’occasion pour les joueurs avançant dans l’ombre d’en sortir pour dévoiler leur plan, piétinant allègrement la mythologie passée, et faisant preuve d’une bien curieuse amnésie sélective. La date fatidique de 2012 est reconditionnée, les aliens sont à peine évoqués pour le prétexte, et les justifications fallacieuses vont bon train, au point de détruire complètement un personnage introduit dans les dernières saisons de la série. Chris Carter a décidé de détruire ses jouets, peu importe l’attachement qu’on peut leur porter.


On savait déjà que la saison se terminerait sur un cliffhanger, sous prétexte que c’est souvent le cas pour la série. Mais uncliffhanger pour une saison qui appelle une suite peut passer, tout comme une fin relativement ouverte pour une série. Ce qui passe moins, c’est de couper nette l’action de ce qui pourrait être le dernier épisode de la série.

Pire, cet épisode n’exploite quasiment rien des intrigues lancées dans le premier épisode de la saison. On a le sentiment d’avoir assisté à deux premières parties de deux doubles épisodes, sans en avoir les conclusions, et ainsi aucun climax n’entre en jeu. Quant à l’intrigue développée autour de William pendant toute la saison, elle est laissée de côté pour être mentionnée à la toute fin de l’épisode, dans l’espoir qu’une suite voit le jour ultérieurement. Et on se demande quelle suite il pourrait y avoir, tant ce final est over the top dans le déchainement des forces.

Seul point positif à en retirer : s’il y avait une suite, de grandes portes sont ouvertes pour un changement complet de direction de l’intrigue, peut-être au profit d’un peu de fraîcheur, mais au détriment du format qu’on connait. Et c’est peut-être là la raison de ce déchainement d’hommages faits dans les épisodes 2 à 4 de la saison, qui nous avaient réconciliés avec la série. Mais à part ça, ce retour fut un bien gros gâchis. 

Il est rare que l'on donne ce genre de conseil, mais de tout notre coeur, si vous êtes fan de X-Files, considérez de ne regarder que les épisodes 2 à 4 de cette saison, et de laisser couler le reste. Grand bien en fera à votre moral.


Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés

auteurs & mots-clés
X-Files FOX
6 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité