Actualités > Retour

Cookie Monster, la critique

0
ReviewLe 10 Mar
partager cet article
9 /10
On a aimé
• Le personnage de Dixie Mae
• L'intelligence du propos
• Une histoire bien menée
• La chute
On a moins aimé
• Des concepts complexes à aborder de prime abord

Après deux novellas publiées le mois dernier, Dragon de Thomas Day et Le nexus du Docteur Erdmann de Nancy Kress, Les éditions du Bélial’ continuent d’agrandir leur collection, Une heure-lumière, avec un nouveau roman court lauréat de prix Locus et Hugo en 2004, Cookie Monster de Vernor Vinge.

Dixie Mae est heureuse dans son nouveau travail au service client de la firme Lotsa Tech, une des sociétés les plus importantes dans le domaine de la haute technologie. Elle attend beaucoup de cet emploi. Sortie sans diplôme de l’université, elle espère bien pouvoir gravir les échelons de cette prestigieuse entreprise. Malheureusement son premier jour est entaché par la réception d’un mail étrange qui contient des informations sur sa vie dont elle est la seule à connaître les détails. Le message semble avoir été émis depuis le bâtiment d’en face. Impulsive, elle décide de partir à la recherche du mystérieux expéditeur pour lui expliquer sa façon de penser. Vernor Vinge plonge alors son héroïne dans un monde qui n’a rien envié à l’œuvre culte de Lewis Carroll, son Alice a troqué le Pays des Merveilles contre le Googleplex de la Silicon Valley.

À travers une idée assez simple, l’auteur interroge la notion de réalité à l’aune des concepts transhumanistes professés par ses chantres comme Ray Kurzwell. Si l’intrigue se montre classique, l’auteur n’est pas dupe de ce constat et en joue pour mieux rendre hommage aux œuvres qui empruntent le même cheminement. Il y apporte ses connaissances sur la singularité pour mieux nous ravir et nous conduire dans une aventure trépidante qui prouve une fois de plus qu’il n’est nul besoin de s’étaler sur quatre cents pages pour écrire une bonne histoire.

Cookie Monster mérite les prix qui l’ont honoré tant l’histoire propose des personnages forts capables d’enlever le lecteur à sa suite pour mieux faire passer les concepts qui articulent le récit. En tant que spécialiste de la singularité, Vernor Vinge propose un récit de Hard-SF accessible qui cherche à parler à notre intelligence pour mieux nous conduire dans les méandres de son intrigue, sans nous noyer avec des propos hermétiques.

(Vernor Vinge, Cookie Monster, Éditions du Bélial’, Collection Une Heure Lumière, février 2016, 112 pages, 8,90 €) 

Galerie Photo Cookie Monster, la critique

0 commentaire Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité