Actualités > Retour

Tout ce que vous devez savoir après avoir vu Rogue One

17
DossierLe 20 Dec
partager cet article

Chose promise, chose due. Après notre traitement de Rogue One et de tous les thèmes entourant le film de Gareth Edwards, de l'Étoile Noire à l'Alliance Rebelle en passant le réalisateur lui-même, il était temps pour nous de conclure le dossier consacré au premier spin-off de la saga Star Wars avec un papier hybride.

En effet, ci-dessous, vous retrouverez une série d'anecdotes récoltées dans le guide officiel du film, son Artbook, ou encore dans la presse américaine, qui s'est récemment intéressé aux fameux reshoots de Rogue One, à son montage final et même aux contrats de ses acteurs, qui nous permettent d'en apprendre plus sur le film, ses tenants et ses aboutissants.

Mais trêve de bavardages introductifs, passons au vif du sujet en évoquant les différents thèmes et protagonistes particulièrement atteints par le développement puis la production du film.

Attention ! Ce dossier est truffé de spoilers sur Rogue One !

1. | Saw Gerrera

Chapitre I | Saw Gerrera

Il est l'un des rebelles de Rogue One, est sans doute le plus captivant, Saw Gerrera, incarné par Forest Whitaker, aurait peut-être pu s'offrir une destinée tout autre dans le film de Gareth Edwards.  En effet, le personnage introduit dans Clone Wars - mais à l'origine imaginé pour la série live-action avortée Star Wars Underworld - avait sans doute un parcours plus étendu dans Rogue One, qui le présente comme vous le savez dans deux timelines : la première où il aide la famille Erso et la seconde où il retrouve leur fille, quelques années plus tard.

Deux timelines

Reste à savoir si la production avait toujours prévu de développer le personnage à travers deux époques différentes. Si le roman préquelle à Rogue One, Catalyst (voir notre résumé par ici), semble aller dans ce sens, ce n'est pas tellement le cas des trailers et autres making-of du spin-off, qui nous ont présenté Forest Whitaker dans deux looks différents. L'un avec une armure plutôt propre et un crâne rasé, l'autre avec une tenue crasseuse et une sacrée coupe de cheveux. Jusque là rien de très perturbant, sauf que nous avons pu voir dans le making-of de Rogue One diffusé à la Star Wars Celebration que Jyn posait aux côtés d'un Gerrera bien moins "abîmé" par le temps et les combats :


A croire que le séquence mettant en scène le personnage furent remodelées en cours de production : certaines devenant des flashbacks, d'autres de simples scènes dans le présent. Ce qui a sans doute obligé la production à revoir l'apparence de Saw entre le premier et le second trailer du film, pour marquer l'écart de temps entre les deux types de séquences. A moins que les dialogues coupés au montage (comme le fameux "what will you do...") ne s'adressaient en fait à la famille Erso lors d'un flashback rappelant directement les événements du roman Catalyst. Mais encore une fois, le plan ci-dessus met une sacré pagaille dans la timeline de Saw, et on imagine que Lucasfilm a peut-être aussi commandé le roman pour combler les vides laissés par le final cut de Rogue One

Face à Vador ?

Ca ne vous aura pas échappé en observant Saw Gerrera évoluer dans les couloirs de sa cachette, cet extrémiste rebelle a quelques poins communs avec un certain Dark Vador. Le respirateur qu'il utilise visiblement pour se soigner émettant un son similaire au masque du seigneur noir des Sith, par exemple. Mais d'après plusieurs de nos sources, le parallèle entre les deux personnages aurait pu être plus évident encore. En effet, on nous a parlé d'une scène située dans le passé de Saw Gerrera qui aurait vu le rebelle affronter Vador au corps à corps, le Jedi déchu le laissant pour mort. Un affrontement qu'on a du mal à imaginer bien intégré dans le film de Gareth Edwards, mais à la rigueur, ce duel expliquerait beaucoup de choses.


Le côté extrémiste de Saw, notamment, mais aussi sa haine renforcée envers l'Empire et bien sûr ses nombreuses blessures. De plus, dans une dimension parallèle où cette scène est bien réelle - si rien ne nous dit qu'elle a été tournée, elle pourrait au moins avoir été écrite étant donné les nombreuses versions du scénario de Rogue One -  on imagine parfaitement Saw Gerrera revenir affronter l'Empire et Vador sur Scarif. On notera d'ailleurs que plusieurs membres des troupes de Gerrera semblaient revenir sur la planète exotique, d'après les making-of de Rogue One, alors que son montage nous a privé d'un retour épique du touffu Moroff et de ses copains. Pourtant, nous entendons des rebelles crier "pour Jedha !" au cours de la bataille. Et si nous spéculons sans doute un peu plus ici que partout ailleurs dans le dossier, on doit avouer que le potentiel de Saw et sa drôle de destinée dans le film final nous poussent fortement à penser que le personnage aurait pu être exploité différemment dans le premier spin-off de la saga.

Ce qui explique peut-être pourquoi le personnage reviendra bientôt dans Rebels ! La série pourrait en effet nous raconter ce que le film de Gareth Edwards a hélas dû couper. C'est en tous cas ce qu'on peut lire entre les lignes de Dave Filoni.

2. | Dark Vador

Chapitre II | Dark Vador

Puisque nous parlons de Vador, revenons justement sur le seigneur des Sith. Lui aussi présent dans Star Wars Rebels, il pourrait bel et bien affronter Gerrera dans le show de Dave Filoni et le laisser pour mort comme nous vous le décrivions précédemment. Quelque part, cet affrontement, comme celui de Vador face à Ahsoka Tano, aurait d'ailleurs plus de sens au sein de la série, puisque Saw avait fait ses débuts dans Clone Wars, où on le voyait être formé à des tactiques de guérilla par nulle autre qu'Anakin Skywalker. A suivre dès 2017 sur Disney XD, en tous cas.


Voilà pour la relation qui pourrait lier Vador à Gerrera. Mais qu'en est-il de son rapport aux officiers Impériaux, et notamment de sa dynamique avec le directeur Orson Krennic ? Au sein du film, le personnage de Ben Mendelsohn semble s'adresser à Vador pour contourner la bureaucratie impériale, et atteindre plus directement l'Empereur, qu'il cherche à impressionner coûte que coûte. Une séquence assez particulière, et qui aurait pu avoir un ton légèrement différent, d'après le dernier trailer du film, dans lequel on retrouvait un Krennic prêt à tout pour convaincre Vador de la puissance de l'Étoile Noire, en témoigne la réplique "the power we're dealing here, is immeasurable". Du moins, si la scène se déroulait bien dans le château de Dark Vador, et non sur le pont d'un vaisseau ou sur l'Étoile Noire. Le décor irait plutôt dans le sens de la deuxième hypothèse, mais on rappelle que le trailers trichent souvent avec les fonds pour ne pas trop en révéler ! 

Château de cartes

Et puisque le personnage de Krennic était un espion impérial caché dans les rangs rebelles dans les premières versions du scénario, on peut imaginer que c'est cette dynamique qui le liait à Vador, même si l'artbook de Rogue One mentionnait plutôt un personnage nommé Willix Cree, qui est devenu l'un des alias de Cassian Andor, à en croire le Guide du spin-off écrit par Pablo Hidalgo. Mais revenons à nos moutons et à Vador, que nous découvrons pour la première fois dans le film sur la planète Mustafar (non nommée à la demande de Gareth Edwards, qui ne voulait pas révéler par ricochet le nom du propriétaire du château avant son entrée à l'écran). Notre cher Anakin Skywalker serait-il nostalgique de son combat avec Obi-Wan Kenobi ?


Rien n'est moins sûr ! En effet, le Guide de Rogue One nous explique que le lieu est plutôt une forme de torture psychologique infligée à Vador par l'Empereur, comme en atteste la présence de garde impériaux en tenue rouge autour de la cuve de Bacta maintenant Vador en vie. Mais le lieu n'est pas uniquement un rappel du plus grand échec de feu Anakin Skywalker, il est également la dernière demeure des Jedi capturés par l'ordre des Inquisiteurs. En effet, souvenons-nous que le final de la première saison de Rebels se déroulait au-dessus de la planète, que Kanan décrivait comme le lieu "où les Jedi viennent mourir". A croire que Vador mène personnellement les interrogatoires et les assassinats des Jedi ayant survécu à l'ordre 66 depuis ses quartiers généraux en forme de prison, qui sont un hommage vibrant aux concept arts de Ralph McQuarrie, qui bossait sur ce décor depuis l'Empire Contre-Attaque. Dernier détail pour la route, le serviteur aperçu dans le film rappelle pour certains fans l'un des membres des Acolytes of Beyond. Introduits dans le premier roman Aftermath, faisant les ponts entre les épisodes VI et VII de la saga, ces personnages seraient des adorateurs de Vador, et leur amour pour les reliques et l'histoire du seigneur Sith aurait donné naissance aux Knights of Ren. Un lien entre Rogue One et la nouvelle trilogie qu'il conviendra d'éprouver à la sortie de Star Wars VIII en décembre prochain.

Moins de Vador que prévu ?

Comme on vous l'expliquait dans le chapitre précédent, plusieurs rumeurs évoquent un Vador bien plus présent, dès le début du film. Sachant que Kathleen Kennedy a toujours expliqué que le seigneur noir des Sith n'avait qu'une scène dans Rogue One, alors qu'il en a en fait deux. Peut-on envisager que le personnage était donc plus présent, à l'origine ? 


Le mystère reste entier mais au moins deux plans issus des trailers nous prouvent que Vador avait peut-être un peu plus d'apparitions - sans parler de scènes - à son actif, à l'origine, puisqu'un mouvement de caméra balayant le personnage des pieds à la tête le voyait sur le pont d'un Star Destroyer. Un décor qui n'est pas sans rappeler son entrée dans le troisième acte de Rogue One, où il aurait donc pu lâcher quelques répliques supplémentaires, qui sait !

3. | Jyn Erso

Chapitre III | Jyn Erso

Revenons maintenant sur le personnage principal de Rogue One, notre chère Jyn Erso. On sait qu'en 2013, deux spin-off Star Wars étaient en développement, l'un sur Han Solo et l'autre sur Boba Fett, jusqu'à ce que l'un des piliers d'ILM, John Knoll, pitche son idée d'une adaptation de l'écran titre d'Un Nouvel Espoir à Kathleen Kennedy. Une idée qui provient elle aussi de la phase de développement (très longue) de la série avortée Star Wars Underworld. Le projet séduit très vite la présidente de Lucasfilm, qui donne son feu vert. Le film répond alors au nom de code de "destructeur de monde" et part plutôt en direction d'un film d'espionnage pur et dur, d'où la première incarnation du personnage de Krennic dont nous parlions tout à l'heure, on l'imagine.

Sergent Jyn Erso

Ce n'est qu'en 2014 et avec l'arrivée d'un réalisateur que l'orientation du film va légèrement changer, puisque Gareth Edwards imagine en effet un film de guerre, qui prendra Jyn Erso comme héros. A noter : le personnage a toujours été présent et nous vient de l'esprit de John Knoll. Les sonorités de son nom, choisies par les équipes de Lucasfilm, rendent d'ailleurs hommage au génie des effets visuels. Mais l'héroïne est au départ envisagée comme une rebelle pure souche : elle a survécu au feu de plusieurs batailles et porte le grade de sergent, qu'elle arbore également dans le film, mais à titre honorifique, d'après le Guide de Rogue One.


Comme vous pouvez l'imaginer, le personnage va donc beaucoup changer au fil des phases d'écriture du métrage. Il était même un temps question qu'elle soit interrogée par Saw Gerrera et son fameux Bor Gullet (monstre animé par quinze marionnettistes) puisque l'artbook de Rogue One voit le scénariste Chris Weitz déclarer qu'il voulait "entrer dans la tête de Jyn". C'est peut-être ici que des flashbacks ou une backstory pour Jyn étaient donc prévus. En tous cas, on retrouve encore une autre relation entre les deux personnages, qui nous renvoie directement aux flous artistiques évoqués dans notre premier chapitre, et comme dans le cas de Gerrera, il est difficile de savoir s'il a toujours été question d'explorer le personnage de Jyn, à travers deux timelines.

Une destinée plus grande ?

Autre question importante : la destinée du personnage. D'après Pablo Hidalgo, membre du Story Group de Lucasfilm et gardien du temple de l'univers Star Wars, la fin de Rogue One n'a jamais changé. Et on aurait tendance à croire le bonhomme, du moins, sur le plan thématique. En effet, même en gardant ce final en forme de grand huit et ce raccord particulièrement intime avec Un Nouvel Espoir, d'autres moyens auraient pu mener nos héros vers la fin du film. A ce titre, une illustration de l'artbook s'avère intéressante puisqu'on y retrouve Jyn Erso devant un drôle d'hologramme, et juste derrière un X-Wing !


Était-il question que la jeune héroïne survive à la bataille de Scarif ? On pourrait élaborer toute une théorie à partir de ce concept art mais une clause du contrat de l'interprète Felicity Jones est plus intéressante encore. En effet, il y a peu, The Hollywood Reporter a révélé que l'actrice était la mieux payée du film, et que son contrat mentionnait bel et bien deux films. Pas forcément parce qu'il était prévu que l'héroïne survive (même si Gareth Edwards a expliqué que le tout premier jet de Rogue One faisait survivre tous les personnages) mais peut-être parce que Lucasfilm se réserve/ait aussi le droit de la faire apparaître dans un autre spin-off, qui sait. Une idée qui n'est pas sans rappeler notre théorie (caduque) qui imaginait que Jyn Erso devienne la mère de Rey. Mais pour The Hollywood Reporter, il serait plus question d'un spin-off consacré à la jeunesse de Luke, que Lucasfilm aurait un temps eu en tête avant d'abandonner complètement l'idée.

On doit avouer que celle-ci serait assez étrange, puisque la jeunesse de Luke est déjà abordée et même développée dans la trilogie originale. Et par ailleurs, on a du mal à voir comment le personnage de Jyn Erso pourrait s'insérer dans cette histoire. Un simple caméo, peut-être, histoire de nous préparer à une révélation dantesque dans la nouvelle trilogie de films consacrée à la saga Skywalker ? Encore une fois, on revient au "Jyn Erso est la mère de Rey" et on ne voudrait pas tomber dans le forcing pur et simple, mais qui sait, Lucasfilm a peut-être un temps envisagé cette intrigue avant d'opter pour un tout autre choix. Après tout, on rappelle que Star Wars VIII a bénéficié de mois d'écriture supplémentaire qui auraient pu changer la destinée de l'héroïne.Ce qui expliquerait pourquoi le contrat de Felicity Jones mentionne deux films alors qu'un seul semble parfaitement sceller le sort de son personnage. L'idée ne serait d'ailleurs pas si déconante, puisque nous savons que le rôle du fameux Story Group est justement d'étudier et de construire différentes pistes pour le futur de Star Wars, comme nous le rappelait un joli portrait de Kathleen Kennedy par Wired.

4. | La bataille de Scarif

Chapitre IV | La bataille de Scarif

Comme vous l'ont montré les chapitres précédents, le montage a privé certains personnages et environnements-clés de quelques grands moments. A mon humble avis, parce que les reshoots, qu'il soient entièrement dirigés par Tony Gilroy ou non, on ajouté de la matière au film. C'est en tous cas ce que semble suggérer les rumeurs du moment, les déclarations de Lucasfilm (qui a toujours parlé de "discussions de cockpits") et la présence tardive de décors comme l'Anneau de Kafrene (où est introduit Cassian Andor) dans l'artbook de Rogue One. L'idée aurait été de couper dans le film suite aux backstories et aux conversations rajoutées par les reshoots, ce qui a sans doute obligé la production à reconstruire (en partie) l'histoire de Rogue One (d'où les crédits de Tony Gilroy sur le scénario, qui sait) et en tous cas, son troisième acte.

Beach better have my money

En effet, au regard des nombreux plans et séquences coupés au montage mais qu'on aperçoit dans les différents trailers et autres making-of (récapitulés dans la vidéo ci-dessous) la production a du tailler dans le gras d'un final déjà dantesque. Ce qui expliquerait pourquoi la bataille de Scarif peu parfois sembler tout à fait confuse. En analysant les images coupées au montage, on comprend notamment que le commando de Jyn, ou du moins ce qu'il en restait à ce moment-là, devait récupérer les plans de l'Étoile Noire à un point A (la Citadelle) pour les transmettre à un point B (la grande antenne), là où le montage final de Rogue One nous montre un seul et unique bâtiment, et donc coupe toute la progression du groupe de rebelle.

Il n'en faut guère plus pour imaginer que le commando de rebelles, dans lequel on trouvait d'après les images coupées Jyn, Cassian, Baze et K-2SO (mais pas Bohdi, sans doute caché dans sa navette, ni Chirrut, qui aurait peut-être été le premier à donner sa vie au pied de la citadelle, notre fameux point A) en train de progresser vers l'antenne, perdant un homme à chaque mètre de terrain conquis. C'est à mon sens pourquoi les morts de nos personnages paraissent parfois un peu expédiées, là où elles étaient sans doute mieux construites, ou en tous cas incluses dans une véritable montée en puissance, une progression épique du point A au point B. On remarque d'ailleurs qu'Orson Krennic lui aussi devait intervenir sur les plages de Scarif, et le voir sur la trace d'un commando venant de voler les plans de l'Étoile Noire nous semble parfaitement envisageable. 

C'est la mort à la plage 

A n'en pas douter, la plupart de nos personnages devaient donc perdre vie dans les affrontements brutaux des plages de Scarif, mais on imagine que leur sacrifice devait être un peu plus appuyé, peut-être par un sens "géométrique" accru - l'idée de progression de la Citadelle à la grande antenne - et un adversaire directement sur leurs trousses, là où il se contente d'un duel avec Jyn Erso dans le montage final. Nous avons en tous cas plusieurs images en notre possession (dont une capturée à la Star Wars Celebration, dans la galerie ci-dessous) qui nous prouvent que Jyn et les siens devaient un temps traverser la plage d'un endroit à l'autre. Même les illustrations de l'art book vont dans ce sens puisqu'on trouve des concepts pour la citadelle d'un côté et pour l'antenne de l'autre : les deux ne sont jamais envisagés comme un seul et même lieu. De petits détails, on vous l'accorde, mais qui pourraient expliquer pourquoi certains spectateurs ont été perturbés devant les images de la bataille finale, parfois confuses ou expédiées, là où on les attendaient plus épiques. N'oublions pas, par exemple, que Jyn devait filer droit entre les pattes d'AT-AT cargo peu commodes, plan iconique s'il en est.

Ci-dessous : ce plan absent du montage cinéma nous montre que l'antenne n'était pas placée au sommet de la Citadelle, impliquant un tout autre parcours pour nos rebelles :


En conclusion

Vous l'aurez compris, la conception puis la production de Rogue One ont conduit Lucasfilm a opter pour des modifications parfois drastiques. Et au regard des nombreux éléments vus précédemment et des tensions humaines qui ont du les accompagner lors du tournage et de l'écriture du premier spin-off de la saga Star Wars, on peut s'estimer relativement heureux (si ce n'est conquis) devant le résultat final. Cependant, il revient à chacun d'analyser les éléments évoqués avec plus ou moins d'optimisme et d'inquiétude, mais une chose est certaine, le film a encore quelques jolies scènes en stock. Qui sait, peut-être que dans quelques années, un audacieux commando de rebelles ira les voler pour nous montrer une autre version du montage et nous révéler les secrets ou les failles de Rogue One ! D'ici-là, on vous laisse débattre en commentaires. 

Chapitre I | Saw Gerrera

Il est l'un des rebelles de Rogue One, est sans doute le plus captivant, Saw Gerrera, incarné par Forest Whitaker, aurait peut-être pu s'offrir une destinée tout autre dans le film de Gareth Edwards.  En effet, le personnage introduit dans Clone Wars - mais à l'origine imaginé pour la série live-action avortée Star Wars Underworld - avait sans doute un parcours plus étendu dans Rogue One, qui le présente comme vous le savez dans deux timelines : la première où il aide la famille Erso et la seconde où il retrouve leur fille, quelques années plus tard.

Deux timelines

Reste à savoir si la production avait toujours prévu de développer le personnage à travers deux époques différentes. Si le roman préquelle à Rogue One, Catalyst (voir notre résumé par ici), semble aller dans ce sens, ce n'est pas tellement le cas des trailers et autres making-of du spin-off, qui nous ont présenté Forest Whitaker dans deux looks différents. L'un avec une armure plutôt propre et un crâne rasé, l'autre avec une tenue crasseuse et une sacrée coupe de cheveux. Jusque là rien de très perturbant, sauf que nous avons pu voir dans le making-of de Rogue One diffusé à la Star Wars Celebration que Jyn posait aux côtés d'un Gerrera bien moins "abîmé" par le temps et les combats :


A croire que le séquence mettant en scène le personnage furent remodelées en cours de production : certaines devenant des flashbacks, d'autres de simples scènes dans le présent. Ce qui a sans doute obligé la production à revoir l'apparence de Saw entre le premier et le second trailer du film, pour marquer l'écart de temps entre les deux types de séquences. A moins que les dialogues coupés au montage (comme le fameux "what will you do...") ne s'adressaient en fait à la famille Erso lors d'un flashback rappelant directement les événements du roman Catalyst. Mais encore une fois, le plan ci-dessus met une sacré pagaille dans la timeline de Saw, et on imagine que Lucasfilm a peut-être aussi commandé le roman pour combler les vides laissés par le final cut de Rogue One

Face à Vador ?

Ca ne vous aura pas échappé en observant Saw Gerrera évoluer dans les couloirs de sa cachette, cet extrémiste rebelle a quelques poins communs avec un certain Dark Vador. Le respirateur qu'il utilise visiblement pour se soigner émettant un son similaire au masque du seigneur noir des Sith, par exemple. Mais d'après plusieurs de nos sources, le parallèle entre les deux personnages aurait pu être plus évident encore. En effet, on nous a parlé d'une scène située dans le passé de Saw Gerrera qui aurait vu le rebelle affronter Vador au corps à corps, le Jedi déchu le laissant pour mort. Un affrontement qu'on a du mal à imaginer bien intégré dans le film de Gareth Edwards, mais à la rigueur, ce duel expliquerait beaucoup de choses.


Le côté extrémiste de Saw, notamment, mais aussi sa haine renforcée envers l'Empire et bien sûr ses nombreuses blessures. De plus, dans une dimension parallèle où cette scène est bien réelle - si rien ne nous dit qu'elle a été tournée, elle pourrait au moins avoir été écrite étant donné les nombreuses versions du scénario de Rogue One -  on imagine parfaitement Saw Gerrera revenir affronter l'Empire et Vador sur Scarif. On notera d'ailleurs que plusieurs membres des troupes de Gerrera semblaient revenir sur la planète exotique, d'après les making-of de Rogue One, alors que son montage nous a privé d'un retour épique du touffu Moroff et de ses copains. Pourtant, nous entendons des rebelles crier "pour Jedha !" au cours de la bataille. Et si nous spéculons sans doute un peu plus ici que partout ailleurs dans le dossier, on doit avouer que le potentiel de Saw et sa drôle de destinée dans le film final nous poussent fortement à penser que le personnage aurait pu être exploité différemment dans le premier spin-off de la saga.

Ce qui explique peut-être pourquoi le personnage reviendra bientôt dans Rebels ! La série pourrait en effet nous raconter ce que le film de Gareth Edwards a hélas dû couper. C'est en tous cas ce qu'on peut lire entre les lignes de Dave Filoni.


Galerie Photo Tout ce que vous devez savoir après avoir vu Rogue One

17 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité