Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Game of Thrones, S7E6 - le récap'

22
ReviewLe 22 Aou
partager cet article
8 /10
On a aimé
• Beaucoup d'humour
• Du grand spectacle
• La relation Dany / Tyrion
On a moins aimé
• L'arc d'Arya, mystère
• Certains raccourcis faciles
• Kit Harrington fatigué

Si la plupart d'entre-vous l'ont sans doute vu il y a près d'une semaine suite aux leaks récurrents dont est victime HBO, le sixième et avant-dernier épisode de Game of Thrones cette année ne se dévoilait officiellement qu'hier sur OCS et dimanche soir aux Etats-Unis.

En conservant néanmoins le mardi comme jour de diffusion pour notre petit récap', nous avons eu l'occasion de digérer le contenu assez dense de ce sixième épisode pour vous offrir le meilleur article possible ! 
 
Attention, toutefois, comme d'habitude, ce qui suit contient un maximum de divulgâcheurs, donc on vous invite à fuir cet article comme un dragon énervé en approche si vous n'avez toujours pas vu ce Beyond the Wall.

Ce qu'on a pensé de l'épisode

Aux commandes de cet opus, on retrouve un réalisateur expérimenté. En effet, c'est Alan Taylor qui se cache derrière la caméra. Game of Thrones lui avait jadis ouvert les portes des blockbusters hollywoodiens, puisqu'on lui doit Thor : The Dark World ou encore Terminator : Genisys, tous les deux réalisés après sa percée sur HBO. De retour dans le Westeros qui l'a vu naître, du moins, aux yeux du grand public, le réalisateur nous offre un épisode plutôt très bien mis en scène, et qui profite indéniablement de son expérience acquise sur des grosses productions.

D'autant qu'en concentrant l'action sur Jon Snow et sa petite Suicide Squad, le réalisateur instaure un vrai souffle épique à l'ensemble, qui aurait pu être coupé par de trop nombreuses nouvelles des personnages se trouvant de l'autre côté du mur. Mais malgré cet effort de concentration et des scènes proprement spectaculaires - on en reparle plus tard, promis - beaucoup ont été gênés par la temporalité de cet épisode. Ce ne fut pas mon cas, et je vais essayer de vous expliquer pourquoi !
 

 
Tout d'abord, parce que l'accélération prise par Game of Thrones n'est pas inédite. Elle est d'actualité depuis six semaines déjà, voire une année entière, puisque la sixième saison du show s'était montrée plus rythmée que ses aînées. On nous a donc donné l'occasion de prendre le pli. Ensuite, parce que pour la première fois cette saison, la série fait vraiment le choix d'une narration cinématographique, en mettant en scène un nombre très limités de personnages tout en donnant quelques indications de temps, qui étaient jusque-là écartées. Enfin, parce que le contrat est équitable : certaines séquences s'enchaînent certes d'une manière presque déroutante, mais globalement, on en a pour notre argent grâce à un montage plutôt bien pensé et des moyens indéniables.
 
Par conséquent, on pourrait presque considérer cet épisode comme un mélange entre la fameuse Bataille des Bâtards et le premier assaut sur le mur qui sépare Westeros des armées de Marcheurs Blancs, qui avait lui aussi profité d'un épisode dédié il y a quelques années de cela. Moins morcelé entre les différents personnages du show, Beyond the Wall s'offre ainsi une ambiance digne d'un western glacial et nous en met plein la vue dans des séquences qui relèvent d'ailleurs beaucoup plus du blockbuster que de la télévision. Un force de frappe que seule une chaîne comme HBO est capable d'aligner, et devant laquelle je ne peux personnellement que céder. D'autant que l'épisode avait d'autres qualités indéniables, et notamment un humour assez prononcé et mieux distillé qu'à l'accoutumée. Bref, Game of Thrones malgré ses défauts, en est déjà à deux épisodes spectaculaires cette saison et quelque chose me dit que le meilleur reste à venir avec un final d'une heure et vingt minutes.

Le moment fort

De part sa nature spectaculaire, cet épisode proposait un certains nombres de candidats au titre du moment fort de la semaine. Mais plutôt que de choisir un enchaînement de coups badass ou un plan impressionnant, j'ai opté pour un passage qui ne paie pas de mine, mais qui est pourtant un vrai catalyseur pour tout l'épisode. Je voulais en effet parler du moment où ce bougre de Sandor Clegane, pour tuer l'ennui, déclenche le dernier carré héroïque de la troupe menée par Jon Snow en jetant une pierre aux pieds des White Walkers - ou Marcheurs Blancs, je ne sais jamais quel terme utiliser. 
 

 
Le frisson d'ironie procuré par ce moment est particulièrement savoureux, et fait instantanément monter la pression chez le spectateur, alors que celui-ci, comme Clegane, commençait à trouver le temps long. J'ai personnellement adoré l'humour noir qui se cache derrière cette scène, qui a tout à fait sa place au sein de cet épisode aussi drôle qu'épique.

La réplique culte

Comme nous le disions, cet épisode, d'une manière presque étonnante, était très porté sur l'humour. Il faut dire que la petite Suicide Squad de Jon Snow avait de quoi nous offrir quelques punchlines. Et elle ne nous a pas déçu avec un maximum de répliques cultes et de conseils de qualité pour survivre au froid au-delà du mur. Mais si toutes ces phrases m'ont fait (sou)rire, je crois que mon échange préféré reste celui entre Jon Snow et Beric Dondarrion, qui rappelait sa cause au King in the North dans un échange plutôt stylé de soldat à soldat en prononçant les mots suivants.
 

 
"I'm not fighting so some man or woman I barely know can sit in a throne made of swords" (je ne me bats pas pour qu'une femme ou un homme que je connais à peine s'assoie sur un trône faits d'épées) - c'est tout bête mais le dialogue rappelle pourquoi The Brotherhood Without Banners est un groupe particulièrement intéressant tout en servant de mise en garde à Jon Snow, qui s'apprête à s'agenouiller. Vous savez devant qui.

Le meurtre le plus sanglant 

Pouvait-il avoir un autre vainqueur que le Night King cette semaine ? En assassinant le pauvre Viserion, l'un des trois dragons de Daenerys, le chef des White Walkers réalise un frag épique, parfaitement capturé par ce bon Alan Taylor, qui a décidément l'habitude de mettre à mort nos personnages favoris de la manière la plus impressionnante possible après Ned Stark et ce pauvre Jules César dans Rome, autre série de HBO. Au-delà de la mort du dragon en elle-même, c'est en effet sa mise en scène qui en met plein la vue, avec cette bestiole qui s'embrase avant de s'éteindre dans de l'eau gelée, et non sans avoir déversé des litres de sang sur les armées du Night King entre temps. Une scène vraiment bluffante, et qui n'a pas (encore) d'équivalent au cinéma, n'en déplaise à ce pauvre Smaug.
 

 
Bref, en attendant la semaine prochaine et son final, comme chaque mardi, on vous incite à vous donner votre avis et à débattre ci-dessous. Notamment de la fameuse tempolarité de cet épisode, qui semble avoir d'avantage capté l'attention des spectateurs que l'action ici mis en scène ! Un comble, non ?

Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés

auteurs & mots-clés
Game of Thrones Série TV HBO Récap OCS
22 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité