Actualités > Retour

The Orville, la critique du premier épisode

3
ReviewLe 11 Sep
partager cet article
5 /10
On a aimé
• C'est bien joué
• Les moyens ont été mis où il faut
On a moins aimé
• Pas original pour un sou
• Comment ils ne se prennent pas de procès ?

Créateur des Griffin (Family Guy), The Cleveland Show et American Dad sur la Fox, Seth MacFarlane débarquait la nuit dernière sur la même chaîne avec sa nouvelle série The Orville, en live cette fois, reprenant les codes de Star Trek et de ses séries dérivées. Avec un pilote réalisé par Jon Favreau, on sentait dès les premières images que les gros moyens avaient été mis dans ce qui serait la nouvelle grosse série parodique et satyrique du comédien. Mais c’était se tromper sur ses intentions.

Fan de la célèbre franchise de science-fiction, Seth MacFarlane a fait de nombreux clins d’œil à son univers et ses acteurs depuis le début de sa carrière. Mais avec The Orville, il se propulse lui-même dans une série du genre, à la tête d’un vaisseau d’exploration un peu particulier. Mais pas tant que ça.


MacFarlane incarne Ed Mercer, un brillant membre de l’Union Planétaire au 25ème Siècle, aspirant à être Capitaine de son propre vaisseau, et qui voit sa carrière prendre du plomb dans l’aile quand sa vie est chamboulée par la découverte de sa femme Kelly (Adrianne Palicki) au lit avec un alien. On le retrouve un an plus tard, alors que son amiral prend pitié de lui et lui confie enfin un vaisseau d’exploration à la mission peu intéressante, l'Orville, chargé d’aller livrer des marchandises à d’autres bases et vaisseaux. De là, il découvre son équipe et part pour sa première mission, récupérant au passage son officier en Second… qui s’avère être Kelly.

Là où l’on s’attendait, avec MacFarlane aux commandes, à partir sur quelque chose de totalement barré, la série oscille finalement entre le sérieux et la comédie relativement légère. Si elle reprend littéralement tous les codes de Star Trek (jusqu’aux personnages, leur positionnement sur le pont, leurs vêtements, etc), au point d’en être un plagiat avéré et pourtant à l’abri (?) de tout procès, elle ne retourne en rien le genre. Certes, les personnages ont quelques discussions un peu absurdes, comme le fait de savoir si on peut boire du soda sur le pont, ou des débats sur la situation gênante du capitaine face à son second. Mais rien n’est totalement exagéré, rien ne sort trop du contexte. On assiste plus aux coulisses de ce que serait la vie d’un vaisseau du genre en situation réelle qu’à une parodie.


A ce niveau, on se rapproche plus des travaux cinématographiques de l’auteur, comme Ted ou Albert à l’Ouest, dans le sens où l’histoire reste centrée sur des éléments plutôt sérieux, dans un contexte pourtant particulier. Ici ce sera d’un côté la mission de l’Orville, et de l’autre la relation d’Ed Mercer avec son ex-femme Kelly, et vice versa.

Passée cette surprise quant au ton de la série, on en reste circonspect devant le produit final. Les effets et la réalisation sont plutôt de bonne facture, sans être exceptionnels, ne jouant donc ni sur une nuance hyper-réaliste, ni sur le décalage que des décors à la Star Trek 1963 auraient pu créer. Les intrigues et situations ne sont jamais ridicules, et jamais inédites. La relation Ed/Kelly qui nous est montrée a été vue mille fois, mais n’en est pas moins bien traitée. Et par-dessus tout cela, on nous présente une équipe de personnages et des vilains répondant parfaitement aux canons du genre, mais pas pour les exploiter comme des stéréotypes. On a même plutôt hâte de les explorer plus en profondeur.

A l’heure où Star Trek revient sur le petit écran dans une nouvelle formule qui devrait nous éloigner de la saga de J.J. Abrams et des séries originelles, la Fox et Seth MacFarlane nous offrent ici ce qui ressemble  plus à un hommage à la série originale qu’à un Galaxy Quest. Mais en prenant ce parti, il y a peu de chances que la série réussisse à trouver un public fidèle, tant rien ne sort de l’ordinaire.


Publicité

Podcast 65
Le 13 Nov
2

Podcast #35 : rencontre avec 3 éditeurs...

Depuis le dernier salon du livre, plusieurs éditeurs du milieu de la littérature dite "de l'imaginaire" se sont rassemblés pour mesurer la...


Articles liés

auteurs & mots-clés
The Orville Seth MacFarlane FOX Star Trek
3 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité