Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

La mort du temps, la critique

0
ReviewLe 21 Oct
partager cet article
7 /10
On a aimé
• L'ambiance
• Les personnages secondaires
• Une deuxième partie du roman plus prenante
• Une fin très réussie
On a moins aimé
• Peu d'évènements marquants au début du roman

Callista est une jeune fille de seize ans qui s’apprête à fuguer. Malheureusement son escapade se solde par un accident de voiture qui coûte les jambes à son amie, tandis qu’elle se retrouve plongée dans le coma. À son réveil, un tremblement de terre frappe Paris. Le désastre, en plus de fracturer le sol, fracture le temps. Différentes époques se retrouvent associées, dans une anarchitecture impressionnante. Les corps des survivants se retrouvent fusionnés avec d’autres êtres ou des choses. Dans ce lieu cauchemardesque, une lumière blanche palpite à l’horizon qui anéantit tout sur son passage. L’adolescente n’a d’autre choix que de fuir ce flash dévorant pour survivre.

Avec La Mort du Temps, paru aux éditions Scrinéo, Aurélie Wellenstein nous montre une fois de plus qu’elle fait partie des nouveaux auteurs·rices qu’il faut suivre dans le milieu de la littérature de l’imaginaire

Le roman démarre sur la fuite de Callista dans une France ravagée par un séisme temporel. Elle est bien déterminée à rejoindre son amie dans les Vosges. À travers son personnage, l’autrice creuse la psyché d’une adolescente qui se cherche. Elle n’en fait pas une superhéroïne, elle nous montre au préalable une personne lâche, égoïste, emplie de doute, mais on comprend ces failles, car elles sont exposées au lecteur.

Le sentiment de parfois patiner dans la psyché de l’héroïne, au début du récit, est accru par le rythme d’une intrigue plutôt posé. L’histoire avance à la cadence du randonneur. On lit les tergiversations de la jeune fille. Elle marche. Elle rencontre un obstacle, un monstre ou une autre victime. Elle s’en sort. Elle repart dans sa fuite en avant et les atermoiements recommencent. Le récit se déploie enfin lorsqu’elle est rejointe par des compagnons - les meilleurs personnages du roman, selon moi. Ils ajoutent une nouvelle facette à l’intrigue. Ils permettent à la jeune fille de s’extirper quelque peu de ces tiraillements intimes. Le mystère qui entoure cet univers commence aussi à se lever, à ce moment-là.

Cette première partie collée à la pensée de l’héroïne et à ses préoccupations apparaît au terme du livre comme un passage obligé dans l’intrigue. Ce personnage qu’écrit Aurélie Wellenstein suit une véritable trajectoire positive. De l’adolescente égoïste, elle deviendra un être plus subtil qui sera conduit à prendre des décisions qui marqueront durablement le lecteur. L’écrivaine questionne à travers Callista l’héroïsme, la responsabilité, le courage, sans jamais tomber dans l’angélisme.

En plus de la trajectoire du personnage, l’une des très bonnes réussites de ce roman est l’imaginaire que l’autrice déploie. Il flirte avec l’imagerie d’horreur. Ce décor post-apocalyptique ne se cantonne pas à des bâtiments effondrés ou à des routes déchirées. L’autrice y décrit des paysages monstrueux. Des villes compactées comme de la pâte à modeler, par exemple. Elle y développe un bestiaire répugnant. Certaines créatures sont des êtres mélangés avec des animaux pour les plus chanceux ou des choses. L’écrivaine crée dans l’esprit du lecteur des visions cauchemardesques que je ne veux pas trop dévoiler tant elles sont mémorables.

En dépit d’un début trop marqué par les tergiversations du protagoniste principal, le roman se lit avec plaisir de bout en bout. Avec La Mort du Temps, Aurélie Wellenstein plonge son héroïne dans une course contre la montre qui sans être haletante offre son lot de scènes puissantes. L’autrice travaille la psyché d’une adolescente avec justesse. Elle nous montre ses failles, ses atermoiements et le chemin qu’elle prend pour devenir une meilleure personne.

Galerie Photo La mort du temps, la critique

0 commentaire Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité