Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Stranger Things, S2E1 - le récap'

0
ReviewLe 27 Oct
partager cet article
7 /10
On a aimé
• L'ambiance est toujours là
• Dustin est toujours au top
On a moins aimé
• Le manque de nouveauté

Un an après le carton de la première saison sur Netflix, nos adolescents de Stranger Things sont de retour pour percer les mystères de Hawkins et de l’Upside Down.

Entre une nouvelle intrigue et la redécouverte de la vie d’Hawkins un an après les événements de la première saison, ce premier épisode fait un travail bon, bien qu’attendu, avec quelques promesses quant à l’extension de son univers au-delà de la petite ville américaine.

Ce qu'on a pensé de l'épisode

Passé la première scène venant introduire de nouveau personnage et une partie de l’intrigue que nous verrons cette saison, on doit avouer que les frères Duffer s’en sont tenus au strict minimum quant à l’extension de leur univers. Mais bien qu’on eut aimé être un peu plus déstabilisés, la structure de l’épisode reste efficace à nous replonger dans ce monde et la situation de ses personnages, un an après la première saison.


On a enfin un peu plus de présence de Will (Noah Sschnapp), logiquement très absent de la première saison, et qu’on sait toujours lié à l’Upside Down. Son suivi psychologique nous aura montré que derrière les événements a priori isolés de la première saison se cache un complot pour garder tout ça secret. Entre ça et la scène d’intro, les pièces se mettent rapidement en place pour savoir vers quoi on se dirige, sans pour autant y aller pour le moment.

On préfère s’attarder sur le quotidien des différents protagonistes, plus ou moins marqués par leur expérience. Au passage, le lycée accueille de nouveaux membres, dont la Max (Sadie Sink) qui donnera son nom à l’épisode ("MadMax") et vient chambouler les cœurs de Lucas (Caleb McLaughlin) et Dustin (Gaten Matarazzo), qui reste le meilleur. Les dynamiques de personnages se sont créées dans la première saison, et ce qu’on ressent ici est leur directe présence ou absence, lorsque des personnages comme Mike (Finn Wolfhard) sont séparés de leur partenaire d’écran.

Joyce Byers (Winona Ryder), après avoir été présentée de façon monochrome en saison une, perturbée par la disparition de son fils, s’offre un bol d’air frais et de nuances avec l’apparition du personnage de Sean Astin, et une nouvelle vie qui se construit. Cela va faire du bien de la voir jouer sur plusieurs fronts.

Et on ne quittera pas ce récap sans parler de Jim Hopper (David Harbour), chargé local de la protection du secret de l’Upside Down, et qui révèle un twist qu’on n’avait pas forcément vu venir comme ça, mais qui tombe logiquement dans son arc personnel.

Ceux à côté de qui la première saison est passée pour cause de références trop appuyées à la pop culture des années 80 auront toujours autant de mal avec ce début de seconde saison. Entre la frénésie pour Dragon’s Lair aux arcades et les références appuyées à Terminator, Mad Max et encore plus profondémentGhostbusters, il faut avouer que ça tartine. Mais ça joue aussi avec notre corde affective et on avoue se laisser prendre au jeu.

Dans l’ensemble l’épisode est un bon retour dans l’univers et à ses personnages, mais laisse un peu à désirer côté nouveautés. On espère que l’intrigue va s’accélérer.

Le moment fort

On en parlait de façon cryptique juste au dessus : l’événement marquant de l’épisode concerne sa dernière scène. Alors qu’il est le protecteur de la ville et le garant du secret de la disparition de Will Byers et d’Eleven (Millie Bobby Brown), et donc une personne de confiance pour l’ensemble des héros de la série, Jim Hopper garde un secret de plus.


Eleven l’attend chez lui, où il semble l’héberger depuis un bon moment, voire depuis la fin de la première saison. Un fait qui résonne sous plusieurs angles : Jim est celui qui détient le plus de clés quant au mystère global. Son secret, et la dissimulation d’Eleven, sont la cause du malheur de Mike, et enfin Eleven vient combler le vide laissé par la mort de la fille de Jim des années plus tôt.

On imagine que cette situation et cette relation seront l’un des points d’orgue de la saison. Mais ça on en reparle très bientôt.

La réplique culte

On aurait pu partir sur « Boom », simple dialogue concluant l’introduction de cette nouvelle saison, et au double sens à peine dissimulé, la scène étant là pour chambouler les repères du spectateur, tout en se rattachant à la mythologie de la série. Mais on choisit une réplique plus émotionnelle et positive : « The thing is, nobody normal every accomplished anything meaningful in this world » (« Le truc c’est que personne de normal n’a jamais rien réalisé de signifiant dans ce monde »).

Cette phrase de Jonathan Byers (Charlie Healton) à son frère Will frère Will vise à le rassurer, alors qu’il est persécuté à l’école suite aux événements de la première saison, et à lui faire changer de perspective quant à ce qu’est la normalité, et l’ennui qui l’accompagne. Une phrase classique mais efficace, et significative dans cette phase de la vie.


Voilà pour ce premier épisode ! On vous retrouve bientôt pour la suite, et n'hésitez pas à nous laisser vos sentiments en commentaires, sans spoiler la suite !


Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés

auteurs & mots-clés
Netflix Stranger Things Récap
0 commentaire Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité