Home News Critiques Dossiers Evenements Chroniques Bandes annonces Podcasts TV
ConnexionInscription
Actualités > Retour

Stranger Things, S2E9 - le récap'

6
ReviewLe 04 Nov
partager cet article
7 /10
On a aimé
• Joyce vs le Mind-Flayer
• L'affrontement contre Billy
• La saison assume sa direction
On a moins aimé
• Peu de renouvellement
• Le combat sur la plateforme
• Quelques FX pas terribles

Après une semaine de récap, nous voici à la conclusion de cette seconde saison de Stranger Things.

Il n’y a pas de doute que la série aura su continuer à jouer sur ses codes, malgré un manque flagrant de renouvellement.

Ce qu'on a pensé de l'épisode

Episode final oblige, les choses s’accélèrent pour nos héros, alors qu’ils sont seulement maintenant réunis avec Eleven. Une réunion pleine d’émotions qui dure peu de temps, puisqu’il faut aller vaincre la menace, et se re-séparer pour y parvenir, chacun avec son rôle et ses propres menaces.

Une fois de plus, le groupe Steve / Dustin / Max (Sadie Sink) et Lucas (Caleb McLaughlin) s’en sort particulièrement bien, notamment grâce à l’intervention violente de Billy (Dacre Montgomery) qui amène les différents personnages à se rebeller, et à faire avancer les choses.

Nous reviendrons plus bas sur la mission de Joyce et Jonathan, mais il est à noter qu’elle a le mérite de toujours jouer sur la violence psychologique de cette saison envers Will. Ce n’est pas tant qu’on lui souhaite du mal, mais cette situation a été bénéfique autant sur l’acting que sur le ton de la saison.

Là où le bât blesse, c’est du côté de Jim Hopper (David Harbour) et Eleven (Millie Bobby Brown), qui mènent l’attaque frontale. Si le chemin permet aux deux d’avoir une bonne discussion, du côté de l’action on tombe dans le ridicule avec une scène tirée d’un jeu vidéo, Jim devant défendre la plateforme qui les héberge conte les Demodogs qui arrivent par paquets, alors qu’Eleven utilise ses pouvoirs contre la menace principale. Si nous passerons sur les effets spéciaux pas toujours terribles de cette saison (l’inconvénient quand on multiplie les menaces), ce qui est d’autant plus regrettable c’est qu’on y trouve rien de bien plus neufs que dans la résolution de la première saison. C’est un peu fainéant.


Mais ce n’est probablement pas (plus ?) ce sur quoi la série et ses créateurs veulent s’attarder. Ils savent que ce qu’aime le public sont les personnages, et continuent de tartiner. Ainsi, la menace est éliminée bien avant la fin de cette saison, qui bascule sur la partie totalement adolescente de la série (si on exclue un plan final très prévisible), notamment avec leur bal du collège. On aimera ou on détestera, mais ça reste bien mené, avec une mention spéciale avant cela à l’hommage rendu à Bob, réellement catapulté comme la version adulte des adolescents, et mort un peu plus tôt en héros.

Le moment fort

Depuis l’épisode précédent, le groupe de protecteurs d’Hawkins sait qu’il faut se séparer Will (Noah Schnapp) du Mind-Flayer, s’ils veulent se débarrasser de la menace sans blesser ou tuer le jeune adolescent. Une situation particulièrement difficile, alors que l’esprit de Will a quasiment disparu, et que toute attaque contre le monstre se transforme en attaque contre Will. Mais malgré tout, sa mère et son frère décident de prendre les choses en main.

Et si la tâche est difficile pour Jonathan (Charlie Heaton), elle l’est au moins au temps pour Joyce (Winona Ryder). Et pourtant c’est elle qui prend les choses en main, déterminée à libérer son fils malgré les souffrances que ça lui inflige. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est qu’au lieu de n’avoir l’esprit tourné que vers Will, elle garde aussi Bob (Sean Astin) en tête, lui qui a été tué par les Demodogs l’épisode d’avant. Une motivation qui l’amène à mener à bien sa tâche dans une scène plutôt forte émotionnellement.

La réplique culte

Largué par Nancy (Natalia Dyer) au début de cette saison, Steve Harrington (Joe Keery) aura dû se trouver une nouvelle place dans le groupe, lui qui était autrefois roi du lycée d’Hawkins et petit ami plutôt con. Déjà présent pour jouer de la batte en première saison, il trouve son rôle en venant assister et mentorer Dustin (Gaten Matarazzo) dans sa quête pour retrouver Dart, mais aussi dans sa quête d’une copine.

« Turns out I’m actually a pretty dan good babysitter » (« Il s’avère que je suis un sacrément bon babysitter »), avoue-t-il à son ex-petite amie lorsque les protagonistes se trouvent en fin réunis. Et après avoir violemment tenu contre la menace que présentait Billy, c’est un rôle qui l’aura fait briller en dehors de toute relation amoureuse, et qu’il continue d’assumer une fois la menace passée.


On fait le bilan

Alors que nous étions plutôt heureux de retrouver la série, son esprit et ses personnages en début de saison, nous avons finalement dû constater que Netflix et les frères Duffer ne voulaient pas trop prendre de risques et jouer sur les mêmes formules, hormis quelques bonnes surprises.

Le problème, c’est qu’à vouloir jouer sur la hype et ce qui marche, ils en ont oublié le reste et un peu trop appuyé sur certaines cordes, les usant dès la seconde saison. Le revers du succès. Mais un revers qui aurait pu être minimisé si cette saison n’avait pas fait preuve de raccourcis d’un côté, de longueurs de l’autre (notamment dans l’intrigue de la fan-favorite Eleven), et n’avait pas été parfois si débile dans son intrigue et son action.

Au final, cette suite que les créateurs veulent voir comme un second opus plutôt qu’une seconde saison, réussit son pari de la mauvaise façon : en prenant les défauts classiques des seconds opus. La question se pose alors, en l’absence de renouvellement cette saison, a-t-on vraiment envie de continuer à suivre les aventures d’Hawkins et de ses collégiens ? On attendra qu’on nous en donne envie.


Publicité

Podcast 72
Le 15 Mar
7

Wookie Leaks #30 : Star Wars Rebels

Chose promise, chose due ! En moins de quinze jours, deux épisodes de Wookie Leaks, notre podcast spécialement dédié à Star Wars ! Et après un opus...


Articles liés

auteurs & mots-clés
Stranger Things Netflix Récap
6 commentaires Vous devez être connecté pour participer
connexion
Valider
inscription rapide C'est parti !
inscription standard C'est parti !
Publicité